Elijah De BLa

les yeux du BLAKA

29
nov 2013

Je part du postulat selon lequel notre président IBK était de bonne foi quand il levait les mandats d’arrêt contre les terroristes. Il était de bonne foi quand il a fait élire des terroristes sur la liste RPM. A part le fait que cette très belle idée lui a été soufflé par François HOLLANDE, IBK pensait pouvoir acheter la paix ainsi, donc ça part d’une bonne intention même si c’est très maladroit. Mais nous ne sommes pas à un concours de bonne foi. Le problème se situe au niveau du résultat, celui ci est d’une médiocrité sans égale. Ce n’est pas un concours de bonne foi mais d’obligation de moyens et donc de résultat. Aujourd’hui les résultats fuient IBK comme la victoire fuit les aigles du Mali. Dans une logique purement sportive on changerait le coach et on ferait quelques réaménagements mais la réalité du terrain est tout autre. On ne peut pas changer le coach malien avant la fin des quartes vingt dix minutes, pardon des mille huit cent vingt cinq jours ou des cinq prochaines années. Dans ce cas quelles sont les possibilités qui s’offrent à IBK et au peuple malien? Reprendre du poil de la bête face à François HOLLANDE avec qui il est contraint d’être d’accord sur tous les sujets concernant le Mali mais ce n’est pas gagné d’avance car pour Kankeletigui, manger à la table d’un Obama ou d’un Hollande suffit à son bonheur, je le vois très mal déchirer son carton d’invitation à manger à l’Elysée. La seconde possibilité pour dynamiser l’appareil poussiéreuse de l’exécutif malien est la possibilité pour la société civile de manifester son mécontentement face à la politique de consanguinité que la France adopte avec les dirigeants du MNLA à Kidal. Laisser les maliens s’exprimer mettra une pression supplémentaire sur la France et réconfortera le pouvoir malien dans sa quête de solution car il aura plus de poids dans ses relations avec les autres autour de la table. Dans un registre similaire, ATT a été chassé car laxiste avec les bandits, Dionkounda TRAORE fut réduit à son niveau le plus congru et marqué du sceau illégitime par la France et sa communauté internationale afin de décider à sa place contre les intérêts du Mali. Aujourd’hui IBK a une attitude d’un président qui serait un mixte entre DT et ATT. En somme, IBK fait exactement dans la même logique que ses deux prédécesseurs en pire. Il ne pourra pas dire qu’il n’a pas été averti, d’ailleurs il a clamé haut et fort à qui voulait l’entendre qu’il est différent de ATT et DT mais le constat invite au regret. Rien des agissements politico médiatiques du président n’invitent à la confiance et à l’espérance. Les maliens suivent le même sentier d’il y’a vingt ans sans se poser de questions. Le RPM, parti de IBK est en tête au premier tour des législatives, c’est dire si le malien fait attention à l’efficience dans l’utilisation des moyens mis à la disposition du président. Le pire provient du fait que nous n’avons jamais autant été en réseaux connectés pour véhiculer l’information et l’alerte mais rien n’y fait. Le tableau est sombre, il n’a rien d’une toile de cinéastes.

Le déterminisme, base de toute sciences proclame que dans les mêmes circonstances les mêmes causes produisent les mêmes  effets. Nous sommes en train de reproduire les mêmes causes qui ont façonnées notre passé dont nous ne sommes pas fier.

 

 

ELIJAH DE BLA

 

POUR LES FRANÇAIS, LE MALI EST UNE OMELETTE ET LES ENFANTS MALIENS SONT LES POUSSINS DES OMELETTES DU FUTUR  dans actualité francois-hollande-le-plus-impopulaire-de-tous-les-presidents_reference-300x204

C’est connu de tous tous, la côte de popularité de François Hollande atteint des profondeurs abyssales jamais atteintes depuis que les instituts de sondage d’opinions existent. Plus personne ne le porte vraiment dans son cœur en France. La ferveur qui accueilla son élection face au détestable Sarkozy a fondu comme une glace sous le soleil de  Kidal. Cet homme fait vraiment l’unanimité contre lui à gauche son propre camp comme à droite chez les adeptes du racisme décomplexé à la sauce Copé. Il n’ose plus sortir, ne se permet plus de visite d’usine ou de chantier, même en Corèze il passe incognito pour dire que ce qui lui arrive est sans précédent. Sur les champs Elysée il se fait siffler. Même Mohamed merah avait des adeptes. Les français ont divorcé d’avec lui, l’avenir avec Hollande c’est comme une promesse du MNLA. Tout serait parfait dans une vision maliano centriste car tout cela ne concerne pas le Mali mais ce n’est pas le cas. Il existe en France un soutien unanime a la politique séparatiste prônée et mise en place par la diplomatie française, l’armée française et les politiques au Mali. A gauche comme à droite aucune voix ne s’élève contre celui qu’on déteste pour son inaction, ses mauvais choix et son manque de vision au delà d’une semaine. La classe politique française et les intellectuels estampillés CNRS tirent tous dans la direction dès qu’il s’agit du Mali. C’est comme si un poison a réussi une lobotomie de l’ensemble de ceux qui ont droit de penser à la place des autres. Le bal des faux-culs qui se disent humanitaires comme Bernard Kouchner, Élisabeth Guigou ou même Melanchon aux dents jaunis par ses propos populistes contre hollande en France alors qu’il a bu dans la soupe Bongo à l’époque des vaches grasses de Mitterrand. Que dire de Jean Français Copé le politique français le plus détesté? Rien à par que la haine du noir, c’est comme la gangrène, on la soigne ou on en meurt amputé un jour.

Quelle lecture faut-il avoir face à cette incohérence et anomalie apparente? Il faut remonter a l’origine de la « puissance » française et ses imbrications avec les colonies. La puissance de la France tient aux ressources de ses colonies qu’elle pille, aux cadres qu’elles fait fuir, aux dirigeants qu’elle installe et aux guerres qu’elle crée de toute pièce pour alimenter l’industrie de l’armement de Serge Dassault. Les ressources des colonies font rayonner la France et son industrie. ELF, AREVA, Bouygue, Bolore en savent quelque chose. L’énergie nucléaire qui permet d’illuminer les sapins de Noël provient des gisements d’Areva au Niger et bientôt du Mali. L’énergie pour réchauffer les 65millions de français pendant l’hiver ne provient pas de Chatelet encore moins de Henin Beaumont. Et cette réalité est bien connue de tous les français politiques ou pas. Vous verrez des manifestation contre Areva ou même contre ELF organisées par des associations mais vous ne verrez jamais d’adhésion populaire type « manif anti CPE » car les français savent que la politique raciste et raciale menée par la France en Afrique est la garantie du confort ambiant qui nous fait faire les correspondances entre RER, Métro et Tramway sans grande difficulté. Les français savent que la garantie d’obtenir de l’eau chaude en trente seconde au micro onde dépend du plan morbide de la France en Afrique qui produit des milliers de morts chaque année et accroît la dépendance de l’Afrique vis à vis de Paris. Le Mali est en plein dans cette logique de terre nourricière de la France et espérer que des français courent au secours des maliens est une bêtise grotesque car ils ne scieront jamais la branche qui leur permet de se reposer alors en terme de solution, il faut mettre le curseur ailleurs. Cependant il existe quelque hommes honnêtes qui bravent les interdits et les pressions en tout genre pour dire la vérité mais ils souffrent de carence de relaies et de médiatisation. André Burgeot excelle dans la voie de la vérité. D’autres comme pierre Boiley « spécialiste du Mali », de conivence avec les renseignements généraux  et clairement pro terroristes ont droit d’être sur tous les plateaux télé pour promouvoir la parole sainte de la France. En historien, il justifie l’injustifiable en faisant fi de toute logique scientifique propre à sa discipline.

Aucun peuple ne s’est libéré par la démocratie et le vote, le Mali ne fera pas exception. La France ne s’est pas libérée de l’Allemagne nazi en allant voter ou en s’offrant des roses, elle a sacrifié des vies des celles des maliens et autres africains. Il faut adopter le même comportement que le Mnla et la France sur les terres du Mali. Il faut donner la mort partout ou l’on cause la mort des maliens, il faut humilier partout ou l’on humilie le malien sur les terres du Mali, il faut armée des civils maliens comme on a armé le MNLA afin qu’ils rendent la mort là ou l’on a donné la mort aux maliens qui n’ont rien demandé. Il faut sacrifier des vies, des ambitions et une génération comme au Viêtnam. Il faut rendre les terre du Mali imprenables. La France consomme beaucoup d’omelette et les maliens d’aujourd’hui sont les œufs et nos enfants les poussins qui produiront les œufs pour l’omelette des enfants français à venir. Il faut en finir avec l’attitude qui consiste a tendre l’autre joue. Les français détestent toutes les politiques de François Hollande en France mais l’approuvent au Mali, il y’a comme un mande d’humanité envers le peuple malien. C’est aux maliens de prendre des armes intellectuelles et militaires et de faire leurs propres omelettes.

 

ELIJAH DE BLA

31
oct 2013
Posté dans POLITIQUE, Sondage par rebellespacifiques à 10:49 | Pas de réponses »

Trois mois après l'élection du président IBK, quel est votre opinion globale?

  • je suis déçu (100%, 1 Votes)
  • Je suis satisfais (0%, 0 Votes)
  • je reste sur ma faim (0%, 0 Votes)
  • il peut mieux faire (0%, 0 Votes)

Nombre total de votants: 1

Chargement ... Chargement ...

 

 

 

 

 

RP MEDIAS

« Quand on est de gauche, on n’a pas la matraque en guise de cœur. C’est un Français d’origine manouche qui t’écrit et qui écrit au Français de fraîche date que tu es. C’est un fils de «brigadiste» qui se rappelle à toi. Souviens-t ’en: «Celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir.» Par Jean-Claude Lefort, Député honoraire, Fils de Manouche.
Manuel, tu as déclaré hier soir, sur BFMTV, que la situation était très différente pour toi, relativement à celle des Roms, car ta famille espagnole était venue en France pour fuir le franquisme.
Tu as été naturalisé français en 1982. Franco est mort en 1975. Sept ans avant ta naturalisation. Quand tu es devenu français, il n’y avait donc plus de dictature en Espagne. Tu avais donc «vocation», selon tes mots, à retourner dans ton pays de naissance, en Espagne. Tu ne l’as pas fait et je comprends parfaitement, de même que je comprends totalement ton souhait de devenir français. Cela sans l’ombre d’un doute.
Tu avais «vocation» à retourner à Barcelone, en Espagne où tu es né, pour reprendre tes propos qui concernaient uniquement les Roms. Celui qui t’écrit, en ce moment, est un Français d’origine manouche par son père. Mon père, manouche et français, est allé en 1936 en Espagne pour combattre le franquisme, les armes à la main, dans les Brigades internationales. Pour la liberté de ton pays de naissance, et donc celle de ta famille. Il en est mort, Manuel. Des suites des blessures infligées par les franquistes sur le front de la Jarama, en 1937. Je ne te demande aucun remerciement, ni certainement pas la moindre compassion. Je la récuse par avance. Je suis honoré en vérité qu’il ait fait ce choix, quand bien même il a privé ma famille de sa présence alors que je n’avais que neuf ans et ma sœur, dix-huit.
La guerre mondiale est venue. Et les camps nazis se sont aussi ouverts aux Tziganes. Tu le sais. Mais un nombre énorme de Manouches, de Gitans et d’Espagnols se sont engagés dans la Résistance sur le sol français. Ton père aurait pu en être. Il en avait l’âge puisque il est né en 1923. Georges Séguy et d’autres sont entrés en résistance à seize ans. Je ne lui reproche aucunement de ne pas l’avoir fait, bien évidemment. Mais je te demande le respect absolu pour celles et ceux qui se sont engagés dans la Résistance contre le franquisme, puis ensuite contre le nazisme et le fascisme. Contre ceux qui avaient fait Guernica. Et pourtant, à te suivre, ils avaient «vocation» à retourner ou à rester dans leur pays d’origine, ces «étrangers, et nos frères pourtant»…
Manuel, «on» a accueilli la Roumanie et la Bulgarie dans l’Union européenne alors que ces pays ne respectaient pas, et ne respectent toujours pas, un des fondamentaux pour devenir ou être membre de l’Union européenne: le respect des minorités nationales. Sensible à cette question pour des raisons évidentes, je m’en étais fortement inquiété à l’époque. En tant que député, je suis allé à Bruxelles, auprès de la Commission, pour prouver et dire que ces pays ne respectaient pas cette clause fondamentale. On m’a souri au nez, figure-toi.
Et aujourd’hui, dans ces pays, la situation des Roms s’est encore aggravée. Pas améliorée, je dis bien «aggravée». Et ils ont «vocation» à rester dans leurs pays ou à y revenir? C’est donc, pour toi, une espèce humaine particulière qui pourrait, elle, supporter les brimades, les discriminations et les humiliations de toutes sortes? Ces pays d’origine ne sont pas des dictatures, c’est certain. Mais ce ne sont pas des démocraties pleines et entières pour autant. Alors toi, l’Espagnol devenu français, tu ne comprends pas? Fuir son pays, tu ne comprends pas? Toi, tu ne comprends pas que personne n’a «vocation» à rester ou revenir dans son pays? Sauf si tu es adepte de conceptions très spéciales, à savoir que ce qui vaudrait pour un Roumain ne vaudrait pas pour un Espagnol. Tu sais pourtant que le mot «race» va disparaître de nos lois. À juste titre car il n’y a pas de races, juste une espèce humaine. Et les Roms en sont.
La fermeté doit s’exercer là où se trouvent les responsabilités. Pas sur de pauvres individus qui n’en peuvent plus. Savoir accueillir et savoir faire respecter nos lois ne sont pas deux concepts antagoniques. Mais quand on est de gauche, on n’a pas la matraque en guise de cœur. C’est un Français d’origine manouche qui t’écrit et qui écrit au Français de fraîche date que tu es. C’est un fils de «brigadiste» qui se rappelle à toi. Souviens-t ‘en: «Celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir.»
Pour l’heure, Manuel, j’ai la nausée. Tes propos me font gerber, même pire. Nos pères auraient donc fait tout ça pour rien ou pour «ça»?
Ils sont morts pour la France, Manuel. Pour que vive la France. Inclus «ces étrangers, et nos frères pourtant».

6
sept 2013
Posté dans Non classé par rebellespacifiques à 10:05 | Pas de réponses »
Bienvenu Monsieur le Premier Ministre Ly
Votre mission sera de nous apporter de l’embellie
Très sincèrement ça fait longtemps qu’on vous attendait pour le sucre dans la bouillie
Plus de vingt ans à se poser les même questions, c’était de la folie
Toutes nos affaires vous seront confiées, prenez soin du colis
Plus de grasse matinée, ne restez pas trop longtemps dans votre lit monsieur LY
Votre premier chantier sera de réconcilier les maliens et le treillis 
Dans le fonctionnement général, vous allez corriger nos anomalies
Vous êtes appelé pour sauver les  les meubles c’est pour ça qu’on vous a bien accueilli 
Le clientélisme et le culte du pire doivent être abolis 
arrêtez les actes qui ont enfoncé le malien dans la chienlit
Evitez de mêler le citoyen à vos conflits 
Essayez de punir les auteurs de délits
encouragez l’effort et le devoir accompli
Sachez que nous aussi voulons sur nos desserts du caramel en coulis  
Les maliens vous observent de Bamako à Paris en passant par l’Australie
Je sais que par les politiques et les courtisans du chef, vous serez assailli
Mais pensez à tous ceux qui dorment dehors, ils sont guettés par l’embolie
Ne faites pas comme CMD qui fut impoli
Réglez le cas du général et son fief de Kati, trop longue a été la mélancolie 
Ne comptez pas sur notre oubli 
sérieusement, faites quelque choses pour le problème Sanogo et toute la panoplie 
Excellence, si vous n’avez pas tout compris, sachez que notre morale est ramollie
Vous avez toute notre confiance, à condition qu’on ne vous retrouve pas les poches bien remplies
Point besoin de vous annoncer que l’espèce malienne est affaiblie
Nous comptons sur votre savoir pour que le malien soit anobli 
Un poste de premier ministre fait très joli
Un pays remis sur les rails est d’avantage  un pays accompli
A Tombouctou, Gao et Kidal, ils vous attendent sur des terres démolies 
nombreux sont leurs fils ensevelis 
Les barbus ont perpétré une grosse saillie 
L’école malienne est le parent pauvre de notre système, vos prédécesseurs ont tous faillis 
Très rapidement, vous aurez des cheveux encore plus blanc, c’est normal car cette mission vous vieilli 
Excellence, votre feuille de route est ainsi établie

 


ELIJAH DE BLA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20
août 2013
Posté dans Non classé par rebellespacifiques à 1:15 | Pas de réponses »

Le grand chantier attendu par tous les maliens qui croient ou pas au nouveau président auréolé de la confiance des urnes est la reforme de l’armée malienne maillon faible du bien être à repenser et la mise sur rails de la justice à travers le procès du Mali.

Juger les présumés coupables n’est pas une vertu en république du Mali, quand bien même qu’une personnalité se retrouve devant la justice et se voit condamner, ses amis de la haute société s’empresse de vider de tout son sens la sentence du jugement. Il est quasi impossible au Mali de faire des exemples de la bonne marche de la justice à travers les responsables politiques et économiques.

Certains grands faits qui ont émaillés l’histoire pas si lointaine  du Mali témoignent de l’impossibilité de faire appliquer la loi à tous. Le plus grand procès pour crime économique et crime de sang qui a vu la condamnation de l’ex-président Moussa TRAORE et sa bande de malfaiteurs s’est terminé  par une scène de honte. S’il est vrai qu’il fut condamné à la perpétuité pour les faits qu’il n’est pas nécessaire de rappeler ici, il s’est retrouvé plus tôt que prévu à la lumière de la liberté pendant que ses victimes n’avaient pas encore fini d’agoniser. Ce qui s’est passé autour de l’illustre  prisonnier GMT est tout simplement  ahurissant de complaisance au plus haut sommet de l’état. Une farouche concurrence s’est déclenchée entre Alpha O KONARE et Amadou Toumani TOURE pour savoir qui des deux sera le premier à accorder ses largesses à GMT. Pendant que  AOK attendait le bon timing pour lui accorder une grâce présidentielle pour lui éviter l’exécution comme prévue par la loi malienne  ATT lui offrait chaque année  le mouton pour l’aïd el kebir. C’était comme s’ils regrettaient pour l’un d’avoir renversé le régime dictatorial de GMT et pour l’autre d’avoir mis en place les conditions du procès. Une certaine gêne était perceptible dans la classe dirigeante malienne. Quelques années après, dans les conditions que nous savons tous, GMT fut gracié par le président KONARE puis libéré et réhabilité par ATT qui le nomma conseillé spécial du président chargé du culte.

Pendant ce temps là, en 2001, le maire du district de Bamako se nommait Iba N’DIAYE qui était aussi secrétaire général de l’ADEMA, très zélé  comme pouvait l’être le parti lui-même à l’époque, il s’est fendu d’une déclaration qui avait fait couler beaucoup d’encre. Un soir sur un plateau télé dans les studios de l’ORTM, il s’est permis de déclarer : « les magistrats maliens sont tous des corrompus » sans en apporter les preuves. Comme on pouvait s’y attendre, leur réponse ne s’est pas fait attendre, ils ont immédiatement riposté pour propos diffamatoire   dans le but de discréditer le corps de la magistrature. C’est naturellement que monsieur le maire du district de Bamako fut jugé puis condamner à cinq mois de prison ferme avec effet immédiat à Ségou.

Le monde politique, social malien venait de subir un grand choc  à travers un malheureux précédent qui pose problème au principe de l’impunité des dirigeants. Le président AOK à l’époque avait refusé de s’en mêler, laissant la justise faire. Dans cette configuration, Iba N’DIAYE et ses amis étaient devant le fait accompli sans arme aucune pour sauver Iba.  Leur volonté d’effacer toute trace d’un précédent qui ouvrirait la porte à la possibilité d’un procès du dirigeant malien était si forte qu’ils eurent l’intelligence de recourir à la chefferie des griots du Mali. En 2001, le trio dirigeant  de la chefferie de cette caste à qui on ne refuse rien au nom des équilibres pluri séculaire  se composait comme suit : feu Djeli Baba SISSOKO, feu Djeli Bakary SOUMANO, feu Barou DEMBELE. Chacun de ces trois grands griots représentait un monument pour chaque malien. Pour les avoir côtoyé de près, leur charisme ajouté au discours subliminal qui était le leur ne laissait personne indifférente dès lors qu’on est un minimum attaché à la culture du manding comme ils le martelaient souvent. Ce sont ces trois personnes qui sont allé  rencontrer les magistrats et leurs représentants pour présenter les excuses d’Iba N’ DIAYE. Ils ont avancés le fait qu’un noble ne peut refuser une demande des hommes de la caste des griots. Les choses ainsi présentées ne pouvaient qu’avoir une issue favorable. Voilà comment la plainte fut retirée et le jugement en condamnation annulé.

Au-delà de ces faits qui constituent des repères pour la justice et le justiciable malien, chaque fois qu’un dirigeant malien se retrouve à passer quelque  temps en prison, on lui aménage les conditions de vie afin qu’il s’y sente mieux que le condamné lambda. Il y’a cependant pire situation dans le « deux poids deux mesure » malien : le responsable condamné ne passe que la journée en prison ou en garde à vue, le soir il rentre chez lui dans sa villa ou il se sent mieux.

Le cadre du procès est loin d’être un acquis au Mali, or nombreux sont les malien qui attendent de ce procès. Il faut des exemples en toute chose, les maliens doivent patienter car les habitudes ne s’estompent pas en si peu de temps et le temps est la donnée la moins disponible en quantité pour la reconstruction du Mali. Va-t-on reporter le procès ? Va-t-on bâcler le procès comme nous avons coutume à le faire ? Ou tout simplement allons-nous oublier le procès ?

 

ELIJAH DE BLA

19
août 2013

L’élection de Ibrahim Boubacar KEITA est la plus belle orchestration harmonieuse de l’infantilisation de l’être malien avec la bénédiction de la communauté internationale et des illuminés maliens qui pensent et réfléchissent à la place des autres. 

Le pot au feu que constitue cette désignation édulcorée en élection n’est pas né les 28 juillet et 11 Août 2013 comme les fossoyeurs veulent l’indiquer, il est né en janvier 2012 lorsque le pouvoir ATT agonisait et vivait ses dernières heures. 

Nous nous sommes tous posé la question suivante: à qui profite le crime? Oui le coup d’état n’a rien de constitutionnel et sans respect de la constitution aucune règle n’est valable dans un état. La junte dirigée par l’ex capitaine devenu général depuis l’apothéose matérialisée par l’élection du Poulin de Hollande, du président DIONKOUNDA et de la junte à commis un crime contre le Mali et ses fils en perpétrant ce coup d’état contre un président démocratiquement élu fut-il corrompu. Ce crime qui conduit aujourd’hui à la « consécration » de Ibrahim Boubacar KEITA est ce qu’on pourrait présenter comme le crime parfait tant aux premiers abords aucun lien n’est visible entre la junte Et le seul bourgeois malien. 

En toute chose il faut la forme et le fond, s’agissant de la présidentielle, ni la forme ni le fond ont été de la partie. Ceci dit rien n’a été laissé au hasard dans la conception de l’œuvre digne d’une fiction. À l’origine il y’a eu déstabilisation du bon fonctionnement de l’état par l’introduction surveillée et protégée du MNLA par l’OTAN, puis le coup d’état qui a facilité l’implantation du MNLA qui lui même n’ayant pas de combattants s’est servie des intérimaires du Mujao, AQMI, Ansar Dine etc. Une fois la bête affaiblie et incapable de se défendre, l’appel à l’aide devenait une évidente nécessité et le nombre de sauveurs capables de répondre favorablement est connu. Seule la France de Sarkozy et de Hollande respectivement responsable de la paternité du chaos et de l’entretien du chaos  pouvait répondre. 

Pour faire avaler la pilule aux maliens et autres peuples d’Afrique mieux avertis des rapports consanguins France Afrique, la France a décrété l’illégitimité du président malien. Cette thèse fut reprise par bon nombre de maliens comme si nous étions obligés de nier nos solutions et tous nos repères. Pire, personne n’a trouvé anormal que le chef d’état le plus illégitime en la personne de Blaise COMPAORE dirige les pseudos négociations entre l’état malien et les terroristes du MNLA. Il faut croire que le peuple malien dans sa globalité a été lobotomisé par la seule France. 

La priorité pour chaque malien était de retrouver l’intégrité du territoire malien puis des élections pour remplacer les responsables de la transition. Comme si les aspirations du peuple malien n’étaient  pas légitime comme leur président par intérim, la France comme à son habitude a décidé pour les maliens, elle a placée les élections en priorité et l’a imposé aux maliens tout en choisissant la date et le timing. Tout à été orchestré par Paris, de la confection des cartes d’électeurs au traitement médiatique des candidats. Sans tenir compte de la réalité propre au mode de vie des maliens ces élections ont été imposé de manière ostentatoire avec des déclarations irrespectueuses du président Hollande qui s’est dit intraitable sur la date des élections. Comment peut-on a ce point être intraitable sur la tenue des élections présidentielles d’un état souverain et faire croire que le président issu de ces élections est légitime? Comment le peuple malien à accepté de participer à ce viol organisé contre lui même ? 

Au fur et à mesure que l’échéance du 28 Juillet approchait, la jeunesse malienne censée être la relève se radicalisait autour des deux grands candidats du système France Afrique. Le débat devenait malsain et tout reproche sur les capacités d’un candidat ou d’un autre était sanctionné d’injure ou de répression verbale. Le culte de la personnalité avait atteint des proportions, il faut dire que le dîner de cons se préparait et il fallait des millions de cons prêt à entrer dans l’histoire par la honteuse porte. 

Pendant un an, les maliens ont juré désirer le changement et dès qu’ils ont eu  le choix ils ont préféré ceux contre qui le changement devrait s’opérer. IBK n’est en rien le changement il est ce que le changement voudrait bouleverser. La responsabilité du peuple malien est semble t-il minime comparée au rôle de lavage de cerveau et de destruction du Mali initiée par Paris. Si la France a le pouvoir d’opposer et d’imposer le MNLA au Mali, pourquoi n’a t-il pas utilisé ce pouvoir afin d’éradiquer la junte ?  Pour quoi laisser la junte du général Sanogo occuper l’appareil de l’organisation des élections présidentielles et valider ces élections? Sur quels critères démocratiques IBK serait légitime ? 

Il était demandé de manière absolue aux acteurs de la transition de ne pas être candidats à cette présidentielle, l’ex premier ministre de cette transition Cheick M DIARRA à eu sa candidature validée et tous les membres influents des institutions de cette transition ont mené campagne pour Soumaila CISSE ou pour IBK. Le ministre de l’administration territoriale en Charge  de l’organisation de ces élections menait campagne pour IBK, le président de la transition son excellence Dionkounda TRAORE soutenait IBK. Le chef de la junte et son troupeau d’écervelés soutenait le candidat IBK. La France à travers ses réseaux de confection de cartes d’électeurs et de ses médias jouait pour IBK. Dans ces conditions, ou est la volonté du peuple malien? Le résultat était-il connu d’avance? Sur sept millions de maliens qui devaient participer à ces élections, seulement 40% de la moitié de ce chiffre aurait officiellement jouit de ce droit, sachant que la légitimité fut le maitre mot pendant un an de processus électoral, ou est la légitimité du nouveau président malien ? la volonté du peuple malien compte t-il vraiment ? y’a-t-il un peuple malien aux yeux de la communauté internationale ?

Analyser les forces en présence, leur impacts médiatiques et financier nous renseigne plus que des scoops obtenus chez les services de renseignements généraux. En effet la France qui soutient IBK parraine le MNLA, ce même MNLA dit publiquement soutenir IBK sachant que les maliens comptent sur le nouveau président pour mener à bien des négociations imposées par la France. Il y’a anguille sous roche, pas besoin d’un master de sciences Po pour comprendre que la décision du peuple malien compte pour epsilons et que son nouveau président est en réalité un sous préfet qui n’écoutera que ceux qui l’on désigné. À travers IBK la France Afrique vivra ses plus belles heures, faut-il rappeler que l’idole et ami du nouveau président malien n’est autre que feu Omar BONGO grand chantre de la France d’Afrique ? Faire du neuf avec du vieux relève du miracle, pour réaliser un miracle il être un saint et IBK n’en est pas un. Les maliens peuvent compter le nombre d’années qui les séparent du bonheur à retrouver.

Le coup d’état, le MNLA et la France répondent à la même logique: déstabiliser le Mali pour le rendre disponible aux velléités de néocolonialisme de la France. Le Mali n’est qu’une étape, nombreux seront les victimes dans le sud de la planète.

Nombreux phénomènes demeurent incohérentes et inexpliqués: la disparition des terroristes à l’arrivée de l’armée française au Mali sous couvert de la mission serval, la présence des troupes françaises au nord du Mali avant même la demande officielle des autorités malienne, la quasi inexistence de combats entre les terroristes et l’armée française.

Sait-on pour quoi les rivaux de IBK tels que Soumaila CISSE et Modibo SIDIBE ont été tabassés pour l’un et quatre fois enlevé pour l’autre sans qu’on ne touche à un seul cheveu de IBK ?

Sait-on pourquoi IBK est la seule personne à savoir qu’il à dénoncé le coup de force de la junte ?

Sait-on pour quoi le MNLA qui a la bénédiction de la France soutient de manière officielle IBK alors que le Mali dans son intégralité combat le MNLA ?

Si nous aimons le Mali, nous devons chercher les réponses à ces grandes questions en élargissant nos angle de lecture, ça nous donnera des indications sur la nature des cinq années que nous vivrons. 

 

ELIJAH DE BLA

11
août 2013

Nous sommes à mesure de vous fournir les résultats partiels de deux RÉSULTAT PARTIEL CONSULAT DU MALI dans actualité rp-medias12-300x300

bureaux de vote du consulat du Mali à Paris.

Bureau de vote 1:

KEITA: 79

CISSE: 9

Bureau de vote 2:

KEITA: 75 voix

CISSE: 10 voix

 

 

ELIJAH DE BLA

11
août 2013
Posté dans actualité, présidentielle malienne 2013 par rebellespacifiques à 9:00 | Pas de réponses »

les résultats des votes bureau par bureau à Evry se repartissent comme suit:   EVRY CHOISIT IBK dans actualité rp-medias11-300x300

Bureau 1:

Inscrits:466

Votants: 142

Nuls: 5

Suffrages exprimés: 137

CISSE: 19 voix

KEITA: 118 voix

 

Bureau 4:

Inscrits: 466

CISSE: 16 voix

KEITA: 126 voix

Nuls: 3

 

Bureau 2:

Inscrits: 466

votants: 153

CISSE: 21 voix

KEITA: 132 voix

 

ELIJAH DE BLA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bureaux de vote ont fermés à 20 heures sur toute l’étendue du territoire français. 20H, FERMETURE OFFICIELLE DES BUREAUX DE VOTE dans actualité rp-medias10-300x300

Prévu à l’origine pour 18h, les bureaux de vote ont fermé à 20h pour donner une chance

à ce qui représente un échec en France en terme d’organisation.

123456...16

Amisderosemefalessi |
Logone |
Blogmilitantduchangementaufaso |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Retourvilliers
| Umpperigordvert
| Vivelafrancebleue