Elijah De BLa

les yeux du BLAKA

4
août 2012
Image de prévisualisation YouTube

 

C’est connu, j’étais le plus grand fan de Cheick Modibo Diarra en tant que scientifique. Aujourd’hui mes positions tranchent avec cette
admiration que j’avais pour lui. Au moment où le Mali et la CEDEAO se mettait d’accord pour rétablir les institutions, nous avons tous souhaité qu’on fasse appel à un technocrate pour diriger les affaires et ainsi ne pas avoir à supporter les pressions des politiques. Naturellement comme un seul homme, les maliens ont tous pensé à la personne de CMD. La maxime qui dit que l’erreur commis par tous
est une règle et non une erreur a été démentie pour fois.  En fait le peuple malien et la communauté des pays d’Afrique de l’Ouest se sont royalement trompés sur la personne. Dans le management entrepreneurial ça s’appelle de « l’opportunisme ex post ». Comment
sommes-nous arrivé à ce choix ? CMD est un homme politique comme IBK, ATT, Soumaila Cissé, Dionkounda Traoré etc… il a un parti politique dont il est le fondateur, il est président et candidat de son parti aux élections, il parcourait le pays pour faire campagne. Il ne manque pas d’occasion pour donner son avis sur tout ce qui concerne le Mali dans la presse et partout dans le monde ou il donne des conférences. Alors à quel moment sommes-nous devenu amnésique au point d’omettre toutes ces considérations pour lui confier un poste qui était prévu pour une personnalité apolitique ?

Nombre de questions que nous nous posons trouveront leurs réponses dans l’explication que nous apporterons pour justifier ce casting. Toutes nos craintes nées de la peur des hommes politiques dans la gestion des affaires post crise n’ont pas été évitées. Nous sommes en plein dans les conséquences. Lorsque le premier ministre nous apprends que les politiques l’empêchent  de travailler, on peut penser que l’hôpital
se fou de la charité. Jamais, mais au grand jamais je ne ferais l’apologie des vertus politiques, je ne prônerai pas non plus le favoritisme. Dès lors qu’on confie les clés à un homme politique, on ne peut pas et on ne doit pas écarter les autres, surtout si ces politiques se font régulièrement élire depuis des années et ont toujours eu la main dans la pâte. Tous ensemble avons commis ce péché d’orgueil en voulant occulter la force de frappe des politiques au profit d’un politique comme si le Mali était devenu un pays saint et prêt à adopter un
code éthique et morale dans sa vie public. Les chiens ne font pas des chats, le retour à la réalité fut brutal et le choc fut violant.

Maintenant qu’on s’est rendu compte que CMD n’est ni plus ni moins qu’on homme politique avec pour seul but d’accéder à Koulouba quelque soit les dégâts qu’il peut causer, ouvrons bien les yeux, soyons réalistes et vigilent. Arrêtons les belles phrases à l’eau de rose. La mer ne va pas s’écarter, d’ailleurs il n’y a pas Moïse. Etant donné qu’il n’y aura pas de génération spontanée pour diriger le pays en lieu et place des politiques et que la jeunesse ne vaut pas mieux que les dirigeants actuel et qu’on n’a pas le temps mais vraiment pas, prenons notre destin en main. Mettons la pression sur les dirigeants de la transition pour organiser la riposte et récupérer les régions. Une fois l’intégrité recouvrée, on ira aux élections et pour une fois on aura une bonne raison d’élire quelqu’un qu’on choisira sur des critères objectifs et
non subjectifs comme ça a toujours été le cas.

La méthode de pression consiste à battre le pavé par centaines de milliers voir du million de maliens dans les rues sur une très longue période de sorte à attirer les loups médiatiques internationaux qui sont à l’affut d’odeur de sang. Nous avons démontré notre capacité à mobiliser du monde dans la rue pour des causes qui ne nous avançaient en rien. Pour Kadhafi nous sommes descendus par centaines de milliers dans les rues du Mali, contre le code de la famille qui octroyait quelques résidus de droits à nos mères et nos sœurs nous nous
sommes honteusement mobilisés. Ces combat était vides de sens et guidé par l’entreprise religieuse sans scrupule qui concourt à promouvoir l’obscurantisme total des maliens. Devant dieu et l’histoire, nous avons la possibilité de nous réunir pour une cause digne de ce nom afin de pousser nos dirigeants à poser des actes qui nous libèrera.  Pour une fois nous n’avons pas besoin de nous aimer forcement comme les discours veulent bien nous faire croire, il faut simplement descendre dans la rue en masse pour faire bloc pour le Mali. Plus il y’aura du monde moins les politiques pourrons nous manipuler. Le choix des hommes détermine l’issue de la guerre.

Ne sommes-nous pas victime d’une erreur de casting de nos hommes forts ?…

 

ELIJAH DE BLA

 

4
août 2012
Posté dans SOCIETE par rebellespacifiques à 1:44 | Pas de réponses »

déclaration de IBK Juste après le coup d\’etat

 

 

Je vous mentirais si je vous dis que les maliens ne se déclarent pas leurs amour entre eux, ce serai un blasphème si je vous disais que les
maliens ne prient pas les uns pour les autres. Il n’y a que des messages allant dans le sens du vivre mieux ensemble, d’un retour à un ordre humain vivable. Dans la théorie tout est parfait dans un monde idéal. Tous te dirons qu’on s’en sortira car le malien finit toujours par retrouver le chemin de la rédemption. Je vous fais l’économie de la longue liste de déclarations qui auraient pu empêcher les deux guerres.

Le constat est sombre, il n’a rien d’une fiction montée sur une toile de cinéaste, la triste réalité dépasse la fiction. La crise née le 22
Mars 2012 a fait monter en surface le sentiment profond de haine entre les dirigeants politiques et cette haine viscérale s’est dépeinte sur la population malienne, qui telle des moutons de panurge a suivi les dirigeants dans leur guerre de tranchée. Cinq mois en arrière, personne n’avait entendu parler du chef des putschistes Sanogo mais aujourd’hui il a des adeptes dans toutes les villes du Mali aussi bien parmi les membres des partis politiques que des cadres du pays mais aussi chez le malien lambda. Le premier ministre interplanétaire et martien avant d’être humain peinait  àfaire d écoller sa campagne pour les présidentielles. Un mois avant le coup d’état, il était justement en campagne à Paris et malgré la renommée mondiale dont il bénéficiait, on comptait  à peine une trentaine de personnes présentes à ces rencontres organisées par son parti politique. Aujourd’hui, à la faveur de la crise et de sa nomination au poste de premier ministre, un  grand nombre de maliens ne jurent que par lui.  Pour finir on remarque que le président de la république par intérim, Dionkounda Traoré profite très bien de la surmédicalisation de la tentative d’assassinat dont il a été victime, lui aussi bénéficie de nombre d’adeptes.

Jusque-là, tout est normal sauf que les adeptes de chacune de ces personnalités  sont devenus ennemis entre eux. Il ne se passe aucune journée sans qu’ils ne s’affrontent par réseaux sociaux interposés, par médias et forums malien. La seule bonne nouvelle réside dans le fait que ces adversités n’ont aucun fondement ethnique ou religieux, chacun pense que son chef de file est le mieux indiqué pour diriger le pays. Aussi, bon nombre de maliens soutiennent  tel ou tel responsable pour des raisons de connivence familiale ou pour des raisons d’intérêt pur.

Le faussé s’est creusé entre les maliens et personne ne saurait présager l’avenir qui se présente avec très peu de garanties. Il y a
une banalisation des messages d’unité et de rassemblement pour la paix. Tout le monde met théoriquement ses ambitions personnelles de côté au profit de l’unité nationale mais ça reste seulement théorique car les armes de guerres sont affutées dans les sous-sols. L’hypocrisie est devenu le sport national, lorsqu’un homme politique déclare qu’il mettra le pays avant sa personne, les maliens ont du mal à croire.il faut dire que le quotidien des malien est parsemé de mensonges en tout genre et personne n’y prête attention. A la moindre occasion,
la haine prend le dessus sur le besoin d’unité et de paix et les beaux messages volent en éclat.

L’un des maux de notre société ne serait-il pas l’abus et la banalisaion de propos pacifiques ?

 

ELIJAH DE BLA

 

 

 

3
août 2012
Posté dans SOCIETE par rebellespacifiques à 3:42 | Pas de réponses »
PLUTOT LA CHARIA QUE L'AZAWAD dans SOCIETE haidara2

prêcheur et chef religieux

 

 

Statistiquement, la composition du paysage religieux au Mali est très favorable aux musulmans. Au moins 90% des maliens sont de confession musulmanes ce qui crée un lot d’agissements plus ou moins intéressés. Au nom de la religion, certaines personnes cultivent l’obscurantisme  à outrance  et beaucoup sont ceux qui tombent dans les pièges. Les responsables religieux ont tous pignon sur rue à Bamako et au Mali. Ils sont tous spécialisés dans la communication tels des révérends américains.  Le  résultat est sans équivoque ; la liste des prêcheurs millionnaires ne tient plus sur les doigts d’une main. Leur pouvoir est tel qu’ils sont courtisés par tous les grands candidats aux élections présidentielles. A eux seul ils soulèvent des foules immenses. On a pu le constater lorsque sous l’impulsion de Sarkozy,
les troupes de l’OTAN ont délogé Kadhafi, les maliens se sont levés comme un seul homme pour battre le pavé et ainsi signifier leur désaccord face à ce que les africains ont considérés comme une colonisation de plus. Les dignitaires religieux étaient à l’origine de cette démonstration de force aux motivations politico religieuses. La réalité est que les maliens confondent arabe et islam,ils associent tous les agissements du guide libyen à des actes de promotion de l’islam, l’ignorance et la désinformation volontaire sont passées par là.

Un peu d’histoire pour replacer les choses dans leur contexte historique afin de mieux comprendre les enjeux. Kadhafi  est à l’origine de la création de la télévision du Mali, il l’a fait gracieusement avec un zeste d’élan religieux, il est à l’origine du financement de la construction de la cité ministérielle du Mali, aussi il était propriétaire des hôtels maliens dans leur majorité. Tous ces investissements sont faits sous le sceau de la charité ou de la coopération musulmane et ça le malien moyen respecte. Le guide libyen jouissait d’une côte de popularité de rock star au Mali. Les Maliens se sont logiquement senti concerné dans l’agression de leur bienfaiteur et lui ont retourné l’ascenseur mais c’était
insuffisant face à la volonté de Sarkozy de le vaincre avant les élections françaises.

Dans la mobilisation de soutien au guide libyen, les dignitaires religieux ont été les maitres d’œuvre. Pendant plus de vingt ans,
ils ont prêché la charia pour certains, la théologie pour d’autres mais aucune règlementation n’a été imposée.  Non seulement ces
religieux en ont profité pour s’enrichir avec une célérité déconcertante, mais ils sont devenus des contres pouvoir. Ils ne manquent aucune occasion pour étaler l’étendue de leurs acquisitions : grosses villas, grosses voitures américaines et des œuvres caritatives significatives. L’origine de leur fortune est diverse et variée. On peut citer les produits de ventes de cassettes de prêche, les dons des fidèles etc…leur connivence avec le pouvoir représente certainement des sources de richesse pour qui sait comment ça se passe lorsqu’on a accès à
la cour du prince. Pendant des décennies ils ont librement contribué à vulgariser la charia en lieu et place de la constitution mais ne disposaient pas des moyens politiques et juridiques pour l’appliquer. Dans les faits, le malien a toujours entendu parler des bienfaits de la charia. Le mot ne lui fait pas peur, peut-être plus les images de lapidation ou de coups de fouet en publique pour sanctionner les coupables. Les prêcheurs ont réussi leur mission d’endoctrinement des cerveaux sans mesurer les conséquences au cas où l’application de la charia devenait une réalité. Depuis que AQMI et an sardine ont brandit la menace de la charia au Nord du Mali, les dirigeants religieux sont obligé de multiplier les déclarations de désolidarisation à son application. Avons-nous la mémoire aussi courte pour ne pas remarquer le
double langage de ceux qui prétendent nous accompagner dans l’accomplissement de la religion dans les règles de l’art ? Deux menaces  planent sur le Mali : le séparatisme matérialisé par les velléités indépendantistes du MNLA et l’application de la charia dans la même zone convoitée par le MNLA. Etantdonné le rôle joué par les prêcheurs depuis des années sur les populations du Mali et l’aversion du peuple malien pour l’indépendance d’une partie des maliens si un choix devait être fait entre les deux maux  précités les maliens préfèrent vivre sous la charia plutôt qu’accepter l’indépendance du MNLA. Théoriquement la charia aurait plus de chance au Mali que l’AZAWAD? ….

 

ELIJAH DE BLA

ELI

 

2
août 2012
Posté dans SPORT par rebellespacifiques à 4:36 | Pas de réponses »
L'INCOHERENTE FEMAFOOT dans SPORT kol1
président de la FEMAFOOT

Dionkounda Traoré, le président de la république a dix jours pour former un gouvernement digne de représenter l’ensemble des sensibilités du pays. Le peuple Malien souhaite que son entreprise marche. Cette lueur d’espoir sonne comme une espèce de vacance dans le marathon de galères que nous vivons
depuis Mars et la prise de pouvoir forcée des militaires de Kati. Nous allons
profiter de ces quelques jours de répit pour nous pencher sur d’autres secteurs
ou le choix des hommes et des méthodes est à l’image des résultats et des
pratiques en vigueurs.

La FEMAFOOT (fédération malienne de football) dirigée par Amadoun Kolado Cissé ou l’incapacité faite homme est notre sujet du jour. Comment cet homme aussi inactif et contreproductif a pu se retrouver à la tête de la première religion du Mali sans qu’un soulèvement d’envergure apocalyptique ne voie le jour ?
Tout ce que la FEMAFOOT touche se transforme en déception et souffrance. L’instance dirigeante du sport roi malien est une concentration de carence en tous domaines. La médiocrité est leur outil de travail, le recul permanant est leur résultat escompté. On a tous vu la gestion du dossier Giresse et ses lots de hontes. S’était rien à côté  du mépris avec lequel ils traitent les jeunes apporteurs de projets en collaboration avec la FEMAFOOT. Un regard malsain et un discours de découragement sont les ingrédients de leurs rencontres. L’impression qu’on a après les avoir rencontré et discuter avec eux, est comment font-ils pour collaborer  avec les autres dirigeants d’autres nations ? Quand on discute avec eux, ils s’empressent d’étaler  leurs richesses pour justifier qu’ils n’ont pas besoin de la fédération pour vivre, à croire que la fédération a besoin d’eux. Ils sont constamment dans la posture de gens honnêtes pour chasser l’idée vrai selon laquelle ce sont des personnes qui vivent de magouilles. On a beau avoir des grands joueurs dans notre équipe nationale, on ne décoléra jamais avec ses dirigeants, on aura beau avoir des projets porteurs pour le Mali, si la nécessité d’une collaboration avec la FEMAFOOT s’impose, on n’y arrivera jamais. Il existe chez cette caste de maliens, une volonté manifeste de maintenir tout le monde à un niveau de sous-développement,
d’ignorance, de dépendance pour pouvoir mettre en application leur dessein machiavélique. Ne jamais rien espérer d’eux, pas même une réponse à un mail ou un courrier. Leur arme de destruction massive est le terme délai qu’il donne pour réfléchir ; le délai n’arrive jamais à terme. Les différentes commissions sont des bouches trous pour masquer le caractère interchangeable des membres. La commission marketing avec à sa tête monsieur Seydou Sow est un concentré d’incohérence. Pour rappel, le but de cette commission est de rapporter des fonds à la FEMAFOOT  par le biais de sponsoring et autres partenariats avec les firmes. Ça heurte l’intelligence d’un cartésien lorsque le président de cette commission monsieur Seydou Sow refuse de donner suite à une entreprise de jeunes maliens qui propose de payer de l’argent à FEMAFOOT dans le cadre d’une collaboration. Il faut encore rappeler que son but est de rapporter des fonds à la fédération. Pour des raisons de secret professionnelle et d’inégalité des forces en présence, nous allons taire le nom de la société et des jeunes maliens en question. Une chose est sûre, ils ne vous aideront jamais et quand bien même que vous ne sollicitez pas une aide et au contraire vous leur
proposez un apport, le résultat est identique. Jeunes maliens de France et d’ailleurs, si vous souhaitez vous réaliser pour votre avenir, réfléchissez à des possibilités qui n’incluent pas l’intervention de la FEMAFOOT, vous n’y arriverai jamais. Amadoun Kolado Cissé et sa bande n’ont rien prévu pour vous.

ELIJAH DE BLA

 

31
juil 2012

PAS DE PROVISION POUR LE CHIECK DE MODIBO DIARRA dans POLITIQUE Cheick-Modibo-Diarra4Dionkounda Traoré veut mettre coûte que coûte son encombrant
premier ministre Cheick Modibo Diarra sur la touche. Irait-il jusqu’à se lier
avec le diable d’hier (Sanogo) afin d’isoler définitivement Fat Man ? En
tout cas une chose est sûre, cette recomposition permettra à Sanogo d’être
fréquentable  aux  yeux des chefs d’état de la sous-région. L’homme
fort de Kati serait-il capable de jouer un tel jeu dans la même équipe que son ennemi
d’hier ?  Pour quelqu’un qui a torturé, qui a tué certains de ses frères d’armes, rien ne lui est impossible surtout si ça peut lui redorer le blason. Sachant que la CPI guète Sanogo et tout le CNRDRE, cette option pourrait retarder l’échéance CPI même si nous ne sommes pas dans la discrétion du président DT.

La composition du fameux organigramme nouveau de l’appareil de l’Etat nous en dira plus sur le réel pouvoir du président. S’il s’allie au chef du CNRDRE, ce sera le signe que le malade n’est pastotalement guérit,  s’il joue la carte de l’inédit on comprendra que son retour est le début  d’une vraie guérison pour lui et pour le Mali.

En attendant on assiste impuissant aux meurtres perpétrés par les nouveaux princes du désert malien sous l’égide de AQMI et an sardine. Combien de temps sommes-nous capables d’attendre encore sachant qu’on aura à assister encore aux scènes surréalistes des terroristes qui opèrent chez nous au nez et
à la barbes de la communauté internationale.

Un peu de courage et de dignité de la part de nos chers responsables politiques  ne ferait aucun mécontent, ils sont tellement prévisibles qu’ils pourraient saisir cette occasion pour nous surprendre pour une fois mais ne rêvons pas!

 

 

ELIJAH DE BLA

 

30
juil 2012
Posté dans Non classé par rebellespacifiques à 6:10 | Pas de réponses »

 

En même temps que les yeux du monde sont rivés sur les  jeux olympiques qui se déroulent chez les anglais,les maliens ont inaugurés les leurs avec un débat télévisé du premier ministre
au lendemain du retour du président de la république. Contrairement aux JO, les JM (jeux maliens) n’offrent aucune médaille. Alors pourquoi se battre pour un jeu qui n’offre aucune médaille ?

Tout commence par la prise d’envergure du premier ministre sur le terrain à coup de nominations farfelues, de déclarations vides de contenu et de manque de caractère à faire face à ce qui nous intéresse tous depuis le mois de Janvier. L’absence du président étant constaté, le premier
ministre jouissant du plein pouvoir pour agir n’a rien fait dans le sens de nos
attentes, pire il a amorcé le recyclage des membres du défunt régime de GMT son
beau-père. Il n’en fallait pas plus pour attiser le sentiment d’incompréhension
de la classe politique malienne et de l’opinion internationale.

Le monde entier attend qu’un gouvernement capable de gérer les affaires voie le jour avant d’apporter son assistance militaire au Mali. Il se trouve que certaines forces en présence à Bamako réclament la tête du chef du gouvernement. CMD a juré de ne pas céder son poste. Dans la déclaration du président DT, on apprend qu’une nouvelle recomposition de l’appareil exécutif verra le jour, toute chose qui mettra hors-jeu le premier ministre actuel.

L’un dit qu’il ne démissionnera pas, l’autre veut montrer qu’il est seul commandant à bord, va-t-on assister à un bras de fer qui va paralyserle fonctionnement de l’Etat malien ? Va-t-on assister au remake d’une finale de lutte gréco-romaine digne des JO 2012 ? En tout cas la
suite  du feuilleton politique malien nous réserve des tournures que seul le hasard peut nous permettre de deviner. L’intérêt supérieur de la nation comme prôné par tous n’est pas leur leitmotiv. Si nous
avons  une prière à faire c’est que le Mali sorte vainqueur de ce combat de titan entre « fat man » et le « revenant ».

Dieu bénisse le Mali.

ELIJAH DE BLA

30
juil 2012
Posté dans Non classé par rebellespacifiques à 3:54 | Pas de réponses »

Le pseudo débat contradictoire organisé par l’ORTM a constitué une tribune pour le premier ministre. Malheureusement il a utilisé cette occasion pour expliquer aux maliens ses intentions de se maintenir au pouvoir quelque soit le prix. Ne répondant à aucune question, il a étalé toute la largeur de ses insuffisances.

On apprend que les militaires disparus ont désertés et seraient en côte d’ivoire ou au Burkina Faso. Comment un chef de gouvernement soucieux du devenir de son peuple peut montrer autant de désintérêt envers une couche de la population. A l’entendre parler, les enlèvements sont le fruit de l’imaginaire collectif, en somme la population n’a rien compris, seul lui et les membres de son gouvernement ont tout compris. Quelqu’un l’a dit dans un passé pas si loin ; lorsque CMD ne te connait pas, cela signifie pour lui que tu n’es rien et tu ne vaux rien.

Les questions concernant l’immobilisme qui caractérise son gouvernement sont écartées au détour d’une réponse sans conviction. Il a reçu un cahier de charge à côté duquel il marche sans parvenir à l’appliquer. N’acceptant aucune critique, il crée de façon unilatérale un nouveau cahier de charge dont il trace les règles et veut prendre son temps et tout son temps alors qu’on manque de temps contre l’ennemi qui n’attend pas.

Le tabassage de journalistes est pour lui un fait non lié au pouvoir de l’ex CNRDRE et son chef omniprésent dans les affaires publics. On croirait rêver dans un pays ou l’information est disponible. Par exemple les photos des agresseurs du président de la république par intérim sont disponible, mais CMD en avocat des agresseurs les défend mieux que quiconque. Selon lui, être sur les photos à l’intérieur du palais présidentiel non accessible aux badauds n’est pas une preuve de culpabilité. Il s’érige en juge alors que l’instruction suit son cours. Le monde est à l’envers au Mali depuis le 22, Mars.

Pour notre illustre extraterrestre marcien, le Mali vit très bien depuis son accession au trône. Les salariés auraient été payé avec les seules recettes du pays, tout fonctionne très bien dans le meilleur des monde selon lui. Nous ne vivons pas dans le même monde rassemblement, il y’a un net recul des prévisions de croissance, les destructions d’emplois sont légion dans tous les domaines de l’économie malienne. Le tourisme qui apporte des recettes conséquentes est réduit à son niveau le plus incompressible depuis quatre mois. Aucun IDE n’est comptabilisé depuis son accession au trône. Le débat d’hier n’a répondu à aucune de nos questions mais a renforcé nos soupçons sur les penchants de dictateur de CMD. Combien de temps compte-t-il tenir en tournant le dos à la communauté internationale ?la réalité est que le Mali dépend d’un contexte géopolitique mondiale dont il n’a aucun moyen de se soustraire et CMD essai de convaincre certains maliens sur sa capacité a redorer une pseudo souveraineté et à recouvrer seul l’intégrité territoriale perdu à cause du putsch du 22 Mars 2012.

Il s’attaque aux journalistes au lieu de les protéger, il refuse qu’on critique ses œuvres,
même dieu autorise les critiques sur ses œuvres. Tous ceux qui critiquent le
gouvernement sont selon lui à la recherche de poste ministériel. Quelle réduction
du rôle de l’un des éléments qui constituent la vitrine de la démocratie. La communication
n’est pas son fort, on le savait mais de là à se mettre au niveau des
dictateurs des années 1980 en Afrique, il y’a un petit pas qu’il a osé franchir
sans pâlir. Pour peu qu’on réfléchit, on ne peut pas accepter un tel manquement
à ce niveau surtout en cette époque difficile pour le peuple malien.

« Je ne démissionnerai pas », tel est l’un des moments fort du pseudo débat. On a touché le fond du ridicule en ce sens que la raison avancée par l’intéressé est «  académique ». Venant de Dadis Camara ou de Amadou Haya Sanogo, saurait été approprié vue leur pédigrée mais venant de l’astrophysicien habitué au cartésianisme et à la théorie de la relativité, je m’incline devant ce qui se fait de mieux dans le domaine des basses œuvres. Il faut croire qu’on doit s’attendre à une période difficile pour l’organisation de la riposte qui n’est pas prête de commencer avec de telles déclarations.

Plus d’une fois notre chef de guerre de bac à sable s’est contredit: il affirme que la collaboration avec la communauté internationale se déroule très bien et en même temps il se plaint de l’embargo sur les quelques fusils qu’il est parvenu à réunir. Il refuse qu’on juge son gouvernement après seulement trois mois d’exercice mais il affirme que son gouvernement est le meilleur gouvernement que le Mali ait connu de toute son histoire, mais y’avait-il des journalistes sur le plateau ? Comment n’ont-ils pas vue ces écarts de langage ? Enfin, il affirme que le Mali arrive pour la première fois à payer ses salariés sans l’aide extérieure et oubli un moment et rajoute que depuis trois mois ses ministres n’ont pas été payés. Soit il nous ment, soit il ne sait rien mais dans les deux cas, c’est très grave.

En mettant en garde les journalistes contre les critiques, en refusant de donner sa démission, condition sinéquanone de la formation d’un nouveau gouvernement, CMD inaugure le début d’une nouvelle ère de dictature au Mali.

L’ORTM nous a fait vivre la naissance d’un tyran en direct…

ELIJAH DE BLA
30
juil 2012
Posté dans Non classé, SOCIETE par rebellespacifiques à 2:37 | Pas de réponses »

Une part du Mali n’est pas le Mali à part entière

Nord et Sud, la frontière est éphémère

Dans l’histoire du Mali, le CNRDRE est l’épisode de trop

Dans la famille malienne, Sanogo est le fils de trop

Dans le concert des nations, les pays sont au galop

On sait pourquoi le Mali avance au trot

Trop de mouvements inutiles constitués

Trop de partis politiques en mode prostitués

J’ai rêvé d’un Mali fort et démocratique   

A mon réveil j’ai trouvé un Mali entièrement chaotique

La honte est devenu le compagnon du malien

Beaucoup de doutes, peu de certitude, le CNRDRE a brouillé nos liens

Ne nous trompons pas, ce n’est pas pour notre bien

Pour Sanogo, le crime paye

Le résultat donne trop de failles

Le pouvoir sans abus n’a aucun charme

Pire est le pouvoir acquis sans le consentement de chacun

Dégager ATT pour faire pire

Rien que d’y penser j’en transpire

Guéi Robert six pieds sous terre

Gbagbo Laurent assis au TPI par terre

Charles Taylor condamné à cinquante ans

Capitaine, tu devrais y réfléchir de temps en temps

Capitaine, tu es la pire parenthèse de notre histoire

Capitaine, tu es ce qui n’aurait pas du arriver dans notre histoire

Aujourd’hui les maliens souffrent et te craignent

Profites-en jusqu’à ce qu’ils comprennent

Pour le peuple tu n’as aucun plan

A Kati, tout pour toi et ton clan

Le 22 Mars tu as juré de libérer le Nord

Beaucoup ont eu confiance et t’on confié leur sort

Depuis lors tu as pris gout au défilé devant les cameras de l’ORTM

Saches qu’autour de toi, il n’y a que des vautours, personne ne t’aime

De déclaration en déclaration, tu ne parles que de toi

A dire vrai, tes soutiens sont tous déçus je crois

Ils ont honte de le dire mais ça se voit

Par ta faute la jeunesse s’est divisée

Par ta faute on se regarde en chien de faïence

Au Mali comme ailleurs entre nous c’est la méfiance

Les deux tiers du mali sont aux mains de l’ennemi

Tu as empêché la CEDEAO d’intervenir pour ça tu es mon ennemi

Ils peuvent te dire merci en république de l’AZAWAD

Tu n’a pas fais qu’un putsch, tu as fais la perte d’une partie de nos terres au delà

Pourras-tu regarder le peuple du nord en face pendant que tu profites de ton statut ?

Tu n’écoutes personne, même pas les anciens, tu es têtu

Que vas-tu répondre quand ton fils te demandera ce qui c’est passé ?

Où vas-tu vivre au Mali avec cet héritage que tu vas laisser ?

Tu as ramené toutes nos armes à Kati mais le Nord est en danger

Tu es devenu très riche mais le Nord n’arrive pas à manger

Pour notre Mali, à jamais tu as tout changé

Si tu as une conscience, elle doit vouloir s’enfuir

Les nombreux morts au Nord sont à ton compte j’en suis sure

Les enfants mal nourris sont comptabilisés dans tes œuvres

Tu nous fais peur, tu es devenu le symbole des basses œuvres

Tu as tiré sur tes frères d’arme alors qu’on veut tirer sur le front

Tu as empêché la libération du  nord, on demande pourquoi

Tu braques les recettes du pays et tu achètes du thé pour toi

Il parait que tu rêves d’une villa sur la cote d’azur mais il faudra marcher sur nos corps

Si ATT est le lâche qui ne nourrissait que son clan

Tu es le traitre qui vend le Mali pour une bouchée de pain séchant

Capitaine, lève la tête et regarde les enfants qui meurent

Capitaine, lève la tête et regarde la galère de nos sœurs

Tu ne te rends pas compte de la détresse de nos pères

Tu n’échapperas point à la malédiction de nos pauvres mères

Prends ton temps avec ton nouveau statut

Tu ne vivras pas plus longtemps que le peuple malien déçu

Tôt ou tard, tu rendras compte de tes actes à la virgule près

Il n’y aura pas toujours un homme armé pour te surveiller

Le jour ou tu tombera dans nos pièges, tu devras te réveiller

Ce jour, tu verras que c’est du bidon ton bâton

Ce jour, les coups que tu recevras viendront de ton bâton

Capitaine, dégage du pouvoir pendant qu’il est temps

Capitaine, laisse nos armes aux vrais hommes et vas t-en.

 

ELIJAH DE BLA

 

 

30
juil 2012
Posté dans EDITORIAL par rebellespacifiques à 2:33 | Pas de réponses »

 

EDITORIAL dans EDITORIAL IMG_20120806_174748-225x300

ELIJAH DE BLA

Chacun doit prendre ses responsabilités, chacun doit se lever pour défendre ce qui lui est le plus cher avec les armes qui sont les siennes. Certains le font bien avec une armée, d’autres avec des bombes, moi j’ai décidé de jouer ma partition avec le verbe. Ne pas pouvoir changer les choses est une chose mais ne pas savoir qu’on n’a pas changé les choses est une bêtise au même titre que subir sans comprendre. Il est nécessaire  qu’on mette fin à la soumission et à toutes les formes d’humiliation des peuples à travers le réveil des consciences, à travers les mobilisations et les écris pour témoigner à nos descendants. N’oublions pas, nous sommes les héritiers du passé et la provision du futur, nous n’avons pas le droit de remettre le monde à nos enfants dans un état boiteux. A défaut, nous devons essayer. J’essaierai d’apporter ma contribution aussi modeste soit-elle. Ecrire pour dénoncer les maux de la gestion de la vie des maliens est le but principal de ce blog. Le Mali appartenant à un ensemble composé des autres pays, il sera traité de l’actualité du monde de façon panoramique. Aussi longtemps que l’injustice sévira, il y’aura de la matière pour écrire. J’aurais souhaité manquer de matière mais rêver est un luxe que seuls ceux qui dorment peuvent s’offrir.

J’ai cessé de dormir depuis le 22 Mars 2012 quand j’ai compris que moi et mon peuple venons de subir 25 ans de rétrograde politique et démocratique. J’ai cessé de dormir depuis le jour où j’ai vue Yasser Arafat mourir parce qu’on a voulu qu’il meurre. Et tous les jours, je vois des choses qui me coupent le sommeil, donc j’ai décidé de ne plus dormir et d’être témoin…

 

 

 

 

 

 

ELIJAH DE BLA

 

 

 

 


1...1213141516

Amisderosemefalessi |
Logone |
Blogmilitantduchangementaufaso |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Retourvilliers
| Umpperigordvert
| Vivelafrancebleue