Elijah De BLa

les yeux du BLAKA

15
août 2012
Posté dans POLITIQUE par rebellespacifiques à 5:32 | Pas de réponses »
on ne peux pas aider le Mali contre son gré dans POLITIQUE 381410_le-president-malien-par-interim-dioncounda-traore-le-29-juillet-2012-a-bamako-300x199
le président malien par intérim

S’obstiner à aider un pays qui n’en a pas  besoin relève de l’acharnement. Même s’il faut
approuver l’attitude de la CEDEAO et de la communauté internationale à aider
militairement le Mali à s’en sortir, il faut  dénoncer les tergiversations qui caractérisent
cette démarche. La réalité qui se dégage de tout ce brouhaha politico-militaire,
c’est l’incapacité de la puissance sous régionale à imposer ses idées et ses
plans aux illégitimes responsables maliens que sont Sanogo et CMD.   L’embargo
aurait dû être maintenu au lendemain du coup de force du CNRDRE. Les tergiversations
des dirigeants de la CEDEAO, le langage à géométrie variable du président
Dionkounda frôle l’irresponsabilité. Dire qu’on n’est pas sorti de l’auberge
est un doux euphémisme.

La dernière réunion des états major des armées de l’Afrique de l’Ouest est un échec cuisant. Tant que les institutions maliennes ne sont
pas sécurisées, il n’y aura ni aide financière, ni aide militaire de quelque nature que ce soit. Rappelons les raisons de la sécurisation des institutions, il s’agit de neutraliser l’effet des imitions incessantes des membres du CNRDRE dans la vie politique malienne. Ces mêmes membres détiennent les clés de l’armée donc du pouvoir. Est-il besoin de rappeler qu’on doit sécuriser les institutions contre le CNRDRE et son chef Sanogo ? Tous les observateurs avisés répondront par l’affirmatif.

Il existe au Mali, certaines personnes dont le nombre et la puissance sont non négligeables qui œuvrent pour qu’il n’arrive rien à la suprématie du CNRDRE. Parmi eux, on a des responsables politiques et des gradés militaires. Ces derniers sont justement ceux qui représentent le Mali lors des négociations des états-majors des armées de la CEDEAO. L’issue des négociations est scellée d’avance car les intérêts guident les positions.

Tout le folklore réalisé par Dionkounda depuis son retour de Paris n’aura servi à rien, la réalité est que le Mali est en état de siège
complet, total et permanent sous le contrôle de Sanogo et son lieutenant CMD. Au-delà même de la formation d’un gouvernement d’union nationale, c’est la main mise d’un clan sur les moyens de défense du Mali qui posent problème. La CEDEAO a manqué de tact sur un plan purement stratégique et les puissances telles que la France et les USA ont laissé faire.

Déloger aujourd’hui ce clan devient difficile, dans la mesure où il s’est tissé une grande toile à coup de nominations farfelues, d’assassinats
et d’intimidations en tous genres. Une partie du peuple malien a pris effet de cause pour ce groupuscule or il est quasi impossible d’aider un peuple contre son gré. Les maliens eux même constituent un rempart entre l’aide qui est censée les libérer et leurs bourreaux. Les solutions sont nombreuses pour s’en sortir mais leurs applications restent incertaines. Il reste la prière pour un peuple qui se dit musulman à 90%,  qui confond l’état et la religion et qui ne sais pas ce qui est mieux pour lui.

 

ELIJAH DE BLA

 

12
août 2012
Posté dans POLITIQUE par rebellespacifiques à 12:51 | Pas de réponses »
Image de prévisualisation YouTube

 

La volonté farouche de Cheick M Diarra ne s’accrocher au pouvoir s’explique par le fait qu’il n’a pas le peuple derrière lui. A un mois des présidentielles avortées, ses meetings ne déplaçaient pas les foules. Sur cette vidéo, on remarque moins de 40 personnes à un meeting à Paris, une ville peuplée de milliers de maliens. CMD craint qu’une démission ne soit un adieu car le suffrage ne lui est pas  acquis. Cheick est seul, la provision ne viendra pas toute de suite donc Cheick a peur…

12
août 2012
Posté dans POLITIQUE par rebellespacifiques à 3:47 | Pas de réponses »

 

les deux déséquilibrés du bocal Au cas où certains auraient des doutes, qu’ils sachent qu’ils n’éviteront pas le chaos dans lequel on les installe depuis quelque mois et dont le but serait de mettre tous KO. Le Mali est si bas que le ridicule est devenu la norme. Plus de points cardinaux, plus d’honneur, plus de code, tous les coups sont permis y compris ôter la vie à d’autres maliens. On piétine ses propres principes pour faire plaisir à une poignée de sans scrupules.

La dernière mise en scène du premier ministre éternel du Mali est l’expression la plus explicite de la vente de son âme au diable. A ce stade de sa vie, il pourrait s’allier à Lucifer en personne tellement que sa soif de pouvoir est exacerbée et son gout pour le ridicule n’est un secret pour personne. Il faut le voir pour le croire, mettre en scène la mère de celui qui nous a conduits dans ce bourbier est sa dernière trouvaille pour s’accrocher à son poste. C’est se foutre des maliens, des démocrates et de la communauté internationale que d’agir de la sorte sans réfléchir. Quel est le message que le premier ministre a voulu véhiculer à travers cette perversion de sa personne ? Montrer qu’il est en bon terme avec celui à qui il doit sa place. C’est triste à dire mais notre scientifique de la NASA doit son premier poste politique au coup d’état perpétré par Sanogo et sa bande de drogués et selon ses plans, seul ce dernier pourrait le sauver d’une perte de son poste.

Chaque jour on voit des choses qui étonneraient un extraterrestre et qu’un écrivain n’oserait pas inventer. Une petite analyse comportementale s’impose. Il y’a une explication à tout comportement même les plus inopportuns. CMD ne serait jamais devenu premier ministre du Mali en temps de paix pour la simple et unique raison qu’il est président d’un parti politique et ex candidat aux élections avortées par le putsch. Cependant les ingrédients nécessaires pour remporter une élection n’étaient pas à sa disposition. Les projections les plus optimistes lui auraient rapporté moins d’un point du suffrage des maliens. Dans ce cas, ses chances d’accéder au sommet sont si minces que sa seule chance  d’y accéder à nouveau est de s’accrocher contre tout sens du raisonnable. Il n’est tellement pas sûre d’y revenir qu’il commet des impaires à chaque occasion. Quand on a une base, on n’a pas peur de reconquérir mais CMD est un mystère pour notre galaxie, il est seul à bord de sa navette. Trois mois ne sont pas suffisants pour reconquérir l’intégrité du Mali mais suffisent à trouver les fonds pour battir le nouveau siège du parti de CMD.

Il y’a comme un sentiment de déjà vue, la naissance d’un dictateur en basin sans scrupule.

 

ELIJAH DE BLA

10
août 2012
Posté dans SOCIETE par rebellespacifiques à 7:10 | Pas de réponses »
Cocktail malitov dans SOCIETE 546002_320746191321667_1635844820_n-300x200
manifestion contre le coup d’état à Paris

S’il existe un pays au monde auquel il manque du temps, c’est bien le Mali. Cependant l’impression laissée par le comportement de nos responsables politiques, en particulier celle du président et du premier ministre est d’une incohérence sans égale. Après que la junte CNRDRE nous ai fait faire un bon de vingt ans en arrière, l’attitude du premier ministre et du président portent à croire que le chaos est programmé et voulut. Une forme de lenteur institutionnelle caractérise tous les actes posés par tous les acteurs de la vie politique malienne.

Il n’est point important de revenir sur les intérêts qui sont les leurs  dans la gestion de cette catastrophe que vie les maliens du Nord au Sud. Il est clair qu’on remarque une opposition flagrante entre les aspirations des populations et les velléités présidentielles et ministérielles des dirigeants. Chaque période a son lot de blocage, de refus d’avancer et de volonté de maintenir le statu quo. Il faut croire que certaines trouvent leur salut dans la situation actuelle et refusent qu’on en sorte.

Il n’est un secret pour personne que les maliens perdent la foi, perdent leur boulot et leur terre, normalement, en dehors de graves
maladies ou des décès, ces pertes suffisent pour tirer la sonnette d’alarme sur le cas du malade Mali mais il n’en est rien. La guerre du positionnement continu au détriment de la guerre contre l’ennemi. L’incapacité des acteurs politiques à prendre des décisions claires de sortie de crise rend la situation insolvable. Personne ne veux bouger de sa position, à croire que le Mali fait partie des cadeaux de mariage de leurs mères.

On assiste à une démission collective de ceux qui prennent les décisions en notre nom. La population civile aussi a démissionné depuis le
début, on s’apprête donc à vivre l’enfer sur terre. Personne ne nous fait de cadeau et nous nous tirons des balles dans les pieds à longueur de journée. Un premier ministre qui refuse de démissionner pour enclencher la formation d’un gouvernement d’union nationale, un président qui s’éternise dans ses consultations en vue de former un gouvernement d’union nationale. Des ministres qui font des mises en scène télévisées pour espérer garder leurs portefeuilles. Le pire dans tout ce manège, c’est la mise en attente de l’annonce du nouveau gouvernement pour  le retour du président Dionkounda des obsèques de son homologue ghanéen décédé il y’a quelques semaines. De qui se moque-t-on au Mali ? Le Mali actuel a plus besoin que le peuple ghanéen mais ça montre le sens des priorités des autorités maliennes dans leur ensemble.

Tout homme averti qui aime le Mali a peur pour lui et pour les siens. Nous ne sommes pas sur la bonne voie, nous donnons les preuves à
tous nos ennemis que nous sommes prenables. Le grand banditisme a fait un bon phénoménale, la prostitution qui constitue un corolaire des crises va croitre de façon exponentielle, les fermetures d’entreprises, la mise au chômage des travailleurs et l’incapacité des familles à se nourrir est déjà une réalité. On a déjà dépassé le pire, la suite est le néant et nous nous en approchons à grands pas. Chaque jour qui passe est un jour en moins de bonheur, sommes-nous programmés pour vivre malheureux ? Tout porte à croire que les problèmes des maliens sont le dernier des soucis de ses dirigeants. Un cocktail malitov est en préparation et va forcément Peter un jour, ne serait-il pas mieux qu’il
pète tout de suite qu’on assiste à la suite ?

Une chose est sûre, personne ne sera épargné par le cocktail malitov fabriqué par nous même.

 

ELIJAH DE BLA

 

8
août 2012
12% ou le chiffre de l'échec organisé de l'école malienne dans SOCIETE Baccalaur__at_897311172
une salle d’examen du bac

Il y’a pire dans le scandale que le scandale lui-même, c’est
d’accepter le scandale. Les résultats du bac malien version 2012 sont la conclusion d’un chaos organisé contre la jeunesse malienne. 12% devrait représenter un taux d’échec, voire le niveau maximum du chômage ou le taux de croissance du
Mali mais il n’en est rien car c’est le taux de réussite au bac. Le bac représente le droit d’essayer quelque chose pour tous les jeunes de tous les pays.  Nous n’allons pas revenir sur les conditions scolaires calamiteuses du Mali  ni sur la
volonté de ne pas changer les mauvaises choses.

Accepter que seulement 12% des élèves candidats soient admis
est d’abord et avant tout un aveu d’incapacité du corps enseignant malien. Les premiers indexés dans le système éducatif devraient être les adultes enseignants et non les élèves. On ne peut pas imputer la responsabilité totale aux élèves car ils ne sont ni consultés dans les choix globaux du système, ni responsables de l’élaboration des programmes. A aucun moment les enseignants ne se remettent en cause ni ne
sont remis en cause par qui que ce soit.

 

Au Mali les enseignants ont coutume de s’auto-féliciter des taux de réussites exécrables, ça représente pour   eux une forme de code d’honneur. Il est temps qu’on ait un système qui tire les jeunes vers le haut car à ce rythme, nous allons construire la plus grande génération
de jeunes maliens qui n’auront pas les moyens de s’aider eux même.

Dans tout autre pays digne de ce nom, ce résultat aurait provoqué un soulèvement général des élèves et des parents d’élèves. C’est un
crime organisé auquel on assiste, le pire est qu’on est en train de l’accepter. Le malien s’entraine à tout accepter surtout si ça contribue à le détruire à court et à moyen terme.

Il y’a pire dans le scandale que le scandale lui-même, c’est d’accepter le scandale….

 

ELIJAH DE BLA

6
août 2012
Posté dans POLITIQUE par rebellespacifiques à 10:54 | Pas de réponses »
le Mali n'a pas le temps dans POLITIQUE mali-42-a54731
les deux hommes forts de l’excécutif malien

Le temps, la seule donne contre laquelle nul ni personne ne peux s’opposer est un facteur que les maliens ne savent pas considérer comme
une inconnue de notre équation. En débarquant de Paris il y’a quelques jours après sa convalescence pour des raisons que nul n’ignore, Dionkounda Traoré a fait « la déclaration » qui a mis d’accord bon nombre d’observateurs sur sa capacité à diriger les affaires. Seulement pour l’exécution de son plan, il a demandé un délai supplémentaire d’une dizaine de jours à ses homologues de
la CEDEAO.

Certes l’annonce d’une prise en main des affaires a eu son effet, certes il y’a une unanimité autour de la nécessité d’aller de l’avant pour libérer le pays mais la prise en compte du temps qui passe et qui ne montre
aucun signe concret au malien moyen qui réfléchit par journaliste vénal interposé peut constituer un contrepouvoir à celui du président Dionkounda.

En effet, pendant soixante-deux jours, les maliens ont attendu le retour de leur président et au-delà ils attendaient un signe fort. Une fois
rentré au pays, le symbole fut présent, le discours aussi. Depuis ce fameux discours, la communauté malienne et internationale attend le gouvernement d’union nationale censé représenter toutes les sensibilités du pays mais le temps qui nous sépare de l’annonce de ce gouvernement peut paraitre long dans les circonstances qui sont les nôtres aujourd’hui. Le soutien de la communauté internationale ne souffre d’aucun doute mais le temps peut desservir au président en ce sens que les opposants aux thèses de la CEDEAO et au maintien constitutionnel de Dionkounda peuvent renverser la tendance et mettre en échec le début de légitimité acquit par Dionkounda né de son retour au bercail et de sa prise en main musclée des affaires.

Le problème récurrent au Mali est celui de ne jamais prévoir, ainsi il nous arrive toujours des échecs à cause de ce manque de vision
perpétuel. Etant à paris en convalescence, il avait évidemment en tête ce qu’il a annoncé, il aurait pu et aurait dû demander à ces lieutenants de commencer le boulot des consultations en off. Il aurait gagné du temps qui sert aujourd’hui ses détracteurs qui ne sont pas négligeables sur la scène politique.

On ne saurait jamais dompter le temps mais on peut prévoir le fait qu’on ne le maitrise pas et tous les grands peuples l’ont compris et
intégré dans leurs plans. Le temps, tel un lion inoffensif n’attaque jamais mais fini toujours par user.

Bonne chance monsieur Dionkounda parce que c’est le Mali que tu represente dans toutes les décisions que tu vas prendre.

 

ELIJAH DE BLA

6
août 2012
Posté dans SOCIETE par rebellespacifiques à 1:00 | Pas de réponses »
ce qui m'appartient dans SOCIETE 383349_2539722649700_1152670128_2963561_1954692751_n

la clé de la paix

 

 

 

Assis sur mon trone sans parure dorée

J’exerce le pouvoir selon les règles que j’ai instaurées

Des piges que j’attends qu’on me rende mon or

Parfois j’ai trainé dans les ordures dehors

Si l’argent modifie l’homme

La misère change la donne

Dans ma tête le bruit des pièces résonne

J’aurais aimer avoir le code du coffre fort

Pour prendre nos tunes et notre or

Et prouver que dans le SOFITEL DSK avait tort

La vie de NAFI n’a rien d’un confort

Il n’ya pas que le chien qui mord

Face aux loup de luxe faut sortir ses dents même si elles ne sont pas plaquées or

Je prie le ciel pour pas que ma soeur croise le chemin de DODO le porc

Ceux qui mettent l’argent à la place de la dignité

Savent que leur vie est une suite de futilité

Trop de coup bas

Trop de victime chez les gens d’en bas

Sur la UNE on n’en parle pas, on évite le débat

Quoi qu’on fasse, ils veulent nous voir bas

Donne pas le dos et le bâton

Ne jamais faire confiance aux matons

Je pleur mais personne ne m’entend

C’est comme verser des larmes sous la pluie de temps en temps

Trinquer sous la tente avec le roi de tripoli

quatre ans plûtard  l’attaquer à mort c’est pas très poli

Je veux sauter très haut mais mes souliers sont lourds

Je veux crier très fort mais mon voisinage est sourd

A dieu je demande un acompte sur le temps qu’on passera au paradis

Je le demande pour mon peuple, tout seul je fais pas le poids à la prière du vendredi

Clic clac, c’est le bruit des clé sur la porte, j’ai peur

Dans le noir, on  m’enferme dehors l’espoir se meurt

Si tout ça est un cauchemar je veux me réveiller en 2012 sans la racaille à l’élisé

Comme dans un match de coupe du monde FRANCE vs SENEGAL, on aura gagné, jamais ils pourrons égalisé

 

ELIJAH DE BLA

5
août 2012

 

l'odeur de l'ordure dort là oû l'or dort dans POLITIQUE adele-koyaba-243447

extrait de film sur la traite négrière

 

 

 

La France ne produit pas d’or

L’Italie non plus, or

Les palais  de France et le Vatican sont truffés d’or de nos morts

Le contenu de leurs coffres fort a scellé le sort de nos hommes les plus forts

Mort pour donner de l’allure à une France qui continue de nous saigner à tord

Elle aime nous voir dehors

Pas de place pour nous c’est un film gore

Comme toujours les premiers à mourir sont nous  je trouve ça trop fort

Dites moi si j’ai tord

Ils ont saigné Dieudonné mais il n’est toujours pas mort

Ils ont perverti Rama Yade, plus de place pour elle à bord

Chez ardisson j’ai vue comme ils étaient fort

Des racistes incultes comme Bruce et Claude il y’en a un paquet dans leur caravane qui pu fort

Chaque semaine son dérapage, ils ont battu tous les records

La haine gratuite et l’amalgame, pour eux c’est un sport

Des piges que j’attends d’eux des remords

Ils sont sans pitié, pire que le mauvais sort

Béni le jour où ils rendront compte de leurs trésors

pourtant la France ne produit pas d’or

mais les palais des rois de france brilles de l’or pris sur le sang de nos hommes les forts

 

Elijah de bla

5
août 2012
Posté dans Non classé par rebellespacifiques à 2:03 | Pas de réponses »
le poids des maliens de France paix2

place de la bastille a paris pour un Mali uni

4
août 2012
Posté dans SOCIETE par rebellespacifiques à 8:41 | 1 réponse »
NON AU COUP D'ETAT AU MALI dans SOCIETE reb

COLLECTIF DES JEUNES MALIENS DE FRANCE CONTRE LE COUP D'ETAT DU 22MARS

1...1213141516

Amisderosemefalessi |
Logone |
Blogmilitantduchangementaufaso |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Retourvilliers
| Umpperigordvert
| Vivelafrancebleue