Elijah De BLa

les yeux du BLAKA

19
sept 2012

Image de prévisualisation YouTube

Mardi 11 septembre 2012, Mr Moussa Mara, président du parti YELEMA a reçu REBELLES PACIFIQUES et le journal  KOUNNAFONI à l’hôtel KIRIAD de Paris gare de l’EST pour un débat où tous les sujets concernant  le Mali ont été abordés dans la limite du possible. Sur un plan purement organisationnel, nous n’avons eu aucun mal à mettre en place ce débat grâce à la disponibilité de Mr Mara. L’impression d’ensemble après ce débat est que MM n’évite aucune question mais fait beaucoup de communication sans y répondre. Il ressort qu’il défend la politique gouvernementale de CMD et n’exclut pas la participation du CNRDRE aux affaires du pays. MM estime que le Mali est sur la bonne voie depuis la mise en place du GUN et que les trois pierres angulaires de l’exécutif que sont le Président de la transition, le premier ministre et les militaires sont en parfait accord entre eux. A la question de savoir s’il a accepté le coup d’état du 22 Mars 2012, il met en avant le fait que son parti YELEMA l’a condamné (après lecture de la déclaration du parti YELEMA qu’il nous a remis,  aucun passage ne rappelle une condamnation, il y’a plutôt une constatation). Il ne comprend pas la déception de ceux parmi les jeunes maliens qui voyaient en lui un modèle de réussite sociale et de politique. A son avis, ces jeunes comprendront  plus tard qu’il a eu raison de collaborer et avec les militaires et avec CMD.

Un certains de nombre de questions ont été posées par les débateurs  présents et par les internautes connectés à la page REBELLES PACIFIQUES sur les réseaux sociaux. En voici La teneur :

 

Quelles sont  les origines de la  situation actuelle du Mali?

L’infantilisation du malien depuis l’indépendance du pays a conduit à la situation que nous vivons aujourd’hui. Le malien a été le grand absent de l’histoire du mali. En effet,  l’élite gouverne la masse et les dirige vers une direction que les individus ne comprennent pas forcément. Pour le malien on doit laisser faire le leader, on l’accompagne, on ne le contredit pas. La dictature de Moussa Traoré en est un exemple. La démocratie a encore plus endormi le malien. Le processus démocratique était mercantile. Conséquence, une partie de la population a démissionnée et une n’a pas été considérée. Le socle qu’est l’individu a démissionné. Or, si le citoyen n’existe pas, l’état n’existe pas non plus.

 

Quelle est votre position face à la crise ?

La démocratie a besoin d’être alimentée. Si elle n’est pas alimentée par une société civile dynamique, des partis actifs, elle tourne sur elle-même. Aujourd’hui on ne peut pas pleurer sur le sort de la démocratie que nous avons eu que nous avons perdu. Nous sommes tombés à cause du citoyen, de la défaillance de l’état qui a conduit au coup d’état. Nous sommes tombés bas mais nous devons réfléchir à comment faire pour sortir de cette situation. Les fameuses vingt ans de démocratie ont contribuées à creuser le faussé entre les dirigeant et les administrés. Votre position depuis Mars 2012 signifie-t-elle que vous cautionnez le coup d’état ? Le coup d’état est un acte condamnable, qui ne doit pas être toléré. Le capitaine Sanogo qui est le responsable du coup d’état le condamne également. C’est dire si ce qui est arrivé est condamnable mais ce n’est pas là la question. Comprenez-vous les parties qui demandent le retour aux casernes des militaires ?  Les militaires ne pourront pas retourner dans les casernes maintenant car ils veulent avoir des avantages. « Le mali depuis 20 ans ressemble à un gâteau que tout le monde veut se partager »

Devant notre étonnement, nous lui faisons remarquer que le Capitaine Sanogo aurait en effet pris un ascenseur social puisqu’il jouit aujourd’hui d’un patrimoine assez conséquent. Pire encore sa garde rapprochée inspire l’épopée de Mobutu ou Bokassa. MM n’est nullement choqué par la folie de grandeur de Sanogo qui se déplace dans un cortège dont les frais de fonctionnement suffiraient à nourrir un village pendant un bon bout de temps.

Etiez-vous au courant pour les tortures pratiquées à Kati?

Nous n’étions pas dans les camps militaires et nous attendons les conclusions en la matière. Nous ne pouvons pas accepter la torture et les exécutions. Ya-t-il une possibilité de poursuites par la CPI à l’encontre de la junte ou certains de ses membres ?Nous devons d’abord avérer la responsabilité de Sanogo. Si toutefois les accusations sont avérées, il sera normal qu’il soit jugé. La CPI décidera de ce qui est prioritaire. Faisons confiance en notre justice.

Quelles solutions préconisez-vous pour sortir de la crise?

A cette question, MM ne nous a pas apporté de réponses claires.

Si la transition dépasse les 1 ans prévus par la CEDEAO envisagez-vous des élections sans le nord? Ou simplement la prolongation
du mandat des autorités de transition?

La transition va surement dépasser un an aux vues de la situation et les autorités vont continuer à exercer. En effet, tant que l’on n’a pas de président élu démocratiquement, la transition continuera et Dioncounda demeurera notre président. Tout le Mali a accepté la présidence de Dioncounda Traoré. Néanmoins,  CMD serait plus populaire que Dioncounda compte tenu du travail accompli.

 

Le ministère du culte est-elle la seule réponse  face à l’intégrisme croissant du Nord et au sud ?

Un ministère du culte est une réponse adaptée aux islamistes du Nord. Dieu n’a pas abandonné les maliens car les pluviométries enregistrées placent cette saison parmi les meilleurs. J’ai foi au Mali, je trouve que l’opinion des gens vivant hors du Mali est biaisée par la presse. L’ORTM fait de son mieux et son directeur sera conservé. Les religions sont un moyen d’obtenir une société forte et humaine, le ministère des cultes a été créé pour montrer une image positive des religions.

 Le Mali est-il selon vous un pays sans religion ou un état musulman comme le pense HCI?

Le mali doit rester laïc même si certains religieux souhaiteraient le contraire. C’est à l’état de cadrer tout cela. La question que l’on se doit se poser c’est comment créer un état laïc tout en conservant nos valeurs maliennes.

Quel est l’état de notre armée ?

L’armée malienne aura besoin et d’hommes et de logistique provenant des aides de la communauté internationale. L’armée malienne est remplie d’hommes ratés et sans éducation sur un plan comportemental et l’armée ne pouvait pas les redresser donc les dérives constatées çà et là ne sont pas une surprise. Ceux du front ayant constatés que ceux de Bamako s’enrichissaient à base de pillages ont opéré un repli tactique pour participer à l’œuvre de sape. L’une des raisons du démantèlement de notre armée proviendrait de ce comportement de nos militaires. Tous les officiers de l’armée malienne ont été ligotés et immobilisés par les sous-officiers pour les besoins du coup d’état. Aucune armée ne saurait fonctionner sans ses officiers. En sommes l’armée malienne n’est qu’un conglomérat social qui assure un revenu
mensuel permettant de garder un semblant de calme. Il existerait un nombre non négligeable de militaires maliens qui n’ont jamais tiré un fusil à fortiori une kalachnikov. Nombreux sont les parents de soldats qui ont recourus à mes services pour tenter de faire un lobbying empêchant leurs fils d’être dans les contingents allant au front. Il y’a un déficit de militaires de conviction.

Vu les tergiversions de la CEDEAO a-t-elle vraiment un contingent bien préparé ?

Non. Aujourd’hui il y a 16 pays dans la CDEAO et tous ne sont pas capables de fournir des hommes. Certains pays tels que le Sénégal ont déclaré ne pas être à mesure d’envoyer des hommes. La guinée a proposé une centaines d’hommes et le Nigeria a des problèmes internes et ne sera pas en mesure d’envoyer des hommes. Nous sommes assez loin du compte si nous considérons le chiffre de 3000 hommes prévus par l’état-major de la CEDEAO.

Si vous n’êtes pas candidat aux prochaines présidentielles, qui soutiendrai vous entre Dioncounda et CMD ?

(Rire)…votre question est mal posée car ni l’un ni l’autre ne sera candidat aux prochaines présidentielles. C’est dans l’accord cadre. Par contre je serai candidat donc la question ne se pose même pas. Par ailleurs je n’opère pas de choix entre les deux. 14. N’est-ce
pas une erreur de la part du premier ministre de se dire fier de pouvoir payer les salaires des fonctionnaires? Le nombre de
fonctionnaires maliens serait de 100 000 personnes les militaires et paramilitaires y compris. Le fait que les salaires soient assuré dans un
conteste d’autarcie est un gage de bon fonctionnement de l’appareil de l’état. C’est la preuve que sur le plan intérieur, le Mali s’auto-suffit mais pour les investissements, on aura besoin de l’extérieur.

Quels sont les 3 grands chantiers auxquels vous vous attèleriez si vous étiez élu président ?

Unité nationale, sécurité et jeunesse sont les 3 grands chantiers auxquels je m’attèlerais si j’étais élu président du Mali.

Durant le débat MM. a évité d’évoquer le CNRDRE et lorsque l’une de nos questions touchait le sujet, il n’avait d’autre choix que de vanter le rôle futur du clan militaire dans la gestion du Mali. Sur l’aspect religieux de l’actualité malienne, il n’a pas dénoncé l’attitude du GUN concernant la création d’un ministère du culte sous l’influence croissante de l’imam Dicko président du HCI. Il réfute la réalité selon laquelle le privé n’existe plus et l’absence de coopération en forme d’aide économique entre le Mali et le reste du monde.  Malgré tous ces problèmes soulevés par MM lui-même, il prétend que les choses sont moins graves que présentées et que Sanogo est le seul putschiste au monde qui ne gouverne pas, donc on devrait s’en satisfaire. Sur un plan purement géopolitique, le Mali ne se soumettra pas aux demandes des USA qui  conditionnent leur assistance au retrait pur  et simple du CNRDRE de la vie politique malienne. Lui-même MM aurait signifié au sous-secrétaire d’état américain William Fitzgerald que le Mali ne s’exécutera pas quoiqu’il advienne. Il est négociation-compatible  avec tous les occupants illégaux de notre territoire nord. Selon lui le Mali n’est pas dans le chaos mais plutôt sur le chemin de la rédemption grâce au bon travail de l’équipe de CMD.

Les contraintes techniques et de temps ne nous ont pas permis de poser toutes nos questions ni d’aller plus loin dans les rebonds sur les réponses apportées par MM. Aussi toutes les questions et réponses ne seront pas visibles sur le reportage mais nous efforcerons à rendre exactement les faits dans nos prochains débats. Toute l’équipe qui a permis la réalisation de ce débat est très heureuse de l’avoir fait et remercie les internautes qui ont participé en direct de par leurs questions.

 

Merci à Fatoumata SOUKOUNA, Toony DELUMEAU alias Djibril DRAME et Beidy DRAME pour leur implication totale dans l’organisation de ce premier débat.

 

 

 

ELIJAH DE BLA et FATOUMATA SOUKOUNA

 

17
sept 2012
Posté dans POLITIQUE par rebellespacifiques à 10:52 | Pas de réponses »
quelques chiffres de l'armée malienne
les chiffres de l’armée malienne

Chaque jour que dieu fait, il se passe des choses  qu’un écrivain n’oserait pas inventer et qui étonnerait un extraterrestre. Je n’en croyais pas mes yeux en voyant sur la chaine télé de la honte, l’ORTM, le capitaine Sanogo faisant le service après-vente du courrier que le président venait d’adressé à la CEDEAO pour demander son aide dans la résolution de crise malienne. Quand je sais que le but de Sanogo est de dégager Dionkounda pour asseoir  son pouvoir militaire illégitime et qu’une intervention militaire signifierait la fin des privilèges mal acquis, l’intervention télévisée de Sanogo est un non évènement.

Apparemment le contenu de la missive du président Dionkounda est un secret de la même importance que les codes nucléaires des pays développés. Il semblerait que pour une fois dionkounda  alias le «  mou » ai pris tout le monde à contre pieds en ne communiquant pas sur la teneur de sa demande. Ce silence a généré toutes sortes de spéculations de la part des politiques et observateurs à commencer par moi-même. Chacun y va de son analyse. Entre Sanogo qui croit détenir les thermes de la demande et Moussa Mara que j’ai rencontré à Paris qui affirme que le président, le premier ministre et le capitaine Sanogo sont en accord sur cette décision il y’a de l’effervescence à Bamako.

Les différentes fuites qu’on a pu avoir nous indiquent un contenu différent de celui escompté par les pros putsch maliens. Le capitaine
Sanogo s’est évertué à nous dire qu’aucun soldat de la CEDEAO ne foulera le sol malien selon la demande du président Dionkounda. Personnellement j’étais mort de rire à la lecture de la lettre dont une copie circulait sur le web. J’ai relus une copie dudit  courrier en
compagnie de Moussa Mara qui se félicitait de son contenu et qui  par la même occasion criait sur tous les toits que le président, les militaires et le premier ministre étaient en phase par rapport à cette demande.  Si c’est avéré que le président à refuser de communiquer sur le contenu du courrier transmis par valise diplomatique vers Abidjan par un diplomate dans le but de gagner du temps et du respect tout en laissant libre court aux spéculations, il aura marqué des point sur le terrain de la communication qui reste un maillon faible de sa politique.  Voir Sanogo se tordre pour faire passer un message de Dionkounda comporte forcément un piège qu’on ne saurait identifier aux premiers abords. La politique malienne se caractérise par sa non-constance dans son évolution. Les vérités d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec celles de demain. N’importe qui pourrait s’allier avec n’importe quel autre pourvu que les parts de marché soient respectées. Il faut rappeler que le Mali est un gâteau selon les dires de Moussa Mara. La politique du « oui non » à toutes les sauces finira par ronger le pouvoir central de Bamako composé  rapaces alimentaires. Le voisin algérien sera prêt avant le Mali et la CEDEAO et rendra coup pour coup le mal que les intégristes lui ont fait subir.

Perso, je ne pense pas que Dionkounda soit capable d’affronter le duo CMD-Sanogo pour assoir le vrai visage de son plan pour libérer le Mali, je ne pense pas tout court que le président Dionkounda ait les capacités stratégique pour unir la masse critique de matière grise de  maliens autour de lui dans le but de résoudre nos problèmes.

Les surprises ne sont pas forcements drôles en politique mais c’est la seule chose qui nous reste face à de tels spectacles car les dénonciations nous ont épuisées depuis des lustres….

17
sept 2012
Posté dans CULTURE par rebellespacifiques à 12:31 | Pas de réponses »

Image de prévisualisation YouTubeEn règle générale, je suis satirique sur ce blog car je vie dans un monde qui m’en donne la matière. Une fois n’est pas coutume, je vais parler
de l’œuvre d’une association et particulièrement de l’engagement d’un jeune malien. Ces six derniers mois, les nouvelles en provenance du Mali suscitent le déshonneur et la honte à toutes les échelles. Le comportement des maliens dans leur ensemble n’est pas une école exportable mais dans cet Amat de doute et de scepticisme, une lumière a jaillie sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris pour mettre un boum dans le cœur des africains en général et des maliens en particulier grâce à l’association ESPRIT D’EBENE.

Une exposition sur le thème DIASPORAS ET INDEPENDANCES AFRICAINES, axée sur la photographie  a été inaugurée samedi 7 Septembre sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris, a duré jusqu’au 17septembre. Lorsqu’on tombe par le fait du hasard sur le parvis de l’hôtel de ville de paris, ville culturelle par excellence c’est l’aspect imposant de la structure qui abrite l’exposition et le savant mélange de photographies de personnalités africaines et franco africaines qui attirent votre attention. Le sérieux avec lequel ce travail de fourmis a été réalisé ne fais pas penser forcement à une réalisation de jeune or la réalité est que c’est une idée de jeunes et une œuvre de jeunes. L’exposition retrace en images l’histoire des colonies françaises qui ont fêtées leurs cinquantenaires d’indépendance en 2010 en générale. Trois années de recherches et de travaux minutieux ont été nécessaires selon Mam’s YAFFA pour aboutir à ce chef d’œuvre culturel et historique. Tous les visiteurs jeunes et vieux qui ont foulés le sol du parvis de l’hôtel de ville pour visiter l’exposition ont appris quelque chose de l’histoire des pays africains. L’exposition ressemble à un petit parcours culturel et histoire au bout du quel ont ressort moins ignorant qu’avant. Ce fut un grand succès pour les organisateurs dont le but était de partager l’histoire africaine avec le monde.

La raison pour laquelle je veux partager ce récit est que l’un de nos frères malien est à l’origine du projet. Il est important pour moi
d’en parler pour deux raisons : d’une, c’est une œuvre historique et culturelle réussie et de deux, je veux porter l’exemple aussi loin que ma voix le permet afin de la partager avec toute la jeunesse malienne en recherche de repère et d’exemple en cette période spéciale pour le peuple malien ou le doute et le pessimisme dominent. Je voudrais remercier Mam’s et ses collaborateurs pour cette lueur.  Les membres d’esprit d’ebène sont des jeunes qui comptent…

 

ELIJAH DE BLA

5
sept 2012
POURQUOI  Il N’YAURA PAS DE RESOLUTION DE L'ONU POUR LE MALI  dans POLITIQUE article_Onu
casque bleu de l’ONU

Je n’ai jamais porté le FDR dans mon cœur compte tenu du passif et du  pédigrée de ses membres, ceci étant j’estime que leur acte du jour est la plus grande preuve de dignité depuis quatre mois. Le chemin entre Dionkounda, l’ONU, l’UA, CEDEAO et déploiement des troupes sur le sol malien est un long marathon qu’aucun malien ne peut courir pour le moment.

La demande du FDR et de Dionkounda  à l’endroit de l’ONU afin qu’elle mette en place le déploiement des troupes  de la CEDEAO est un acte majeur dans le processus de régularisation des conditions de vie du Mali. Pourvue que la majorité des maliens ce soit rendu compte que la menace islamiste ne se limitera pas au Nord car le sud est prenable. A 15 km de
distance avec l’armée malienne, la ville de Douentza a été prise par le Mujao sans échange de tirs. C’est une belle preuve de tolérance pourrait-on dire si par ailleurs au Sud les exécutions  de civils et militaires n’étaient pas légion.

Une prise de conscience tardive vaudra toujours mieux que la politique de l’autruche. Le partage du gâteau gouvernemental  étant entériné, les uns et les autres connaissant leur positions désormais, les choses vont certainement bouger ne serait-ce que dans les intentions. Pour les actions, il faudra revenir dans 150 ans car nous ne sommes pas pressés. Le FDR et le président Dionkounda, grand perdant du GUN entendent jouer autrement un rôle dans la gestion du pays en s’achetant une nouvelle conduite et une nouvelle virginité. Le tout est de
savoir si l’adhésion populaire suivra cette tentative de changer de politique de sortie. Peu importe si vous proposez des mesures qui vont dans le sens du bonheur des maliens, ils refuseront si toute fois ça ne profite pas politiquement au chef du parti qu’ils soutiennent. C’est un paradoxe devenu système au Mali. Après quatre mois de guéguerre soldé par un échec  cuisant qui a vue CMD et le CNRDRE s’octroyer
la part du lion dans le GUN au détriment du FDR et de son porte drapeau, les lignes se déplacent enfin. Même si l’intention est liée à son désaveu du GUN, elle est  à saluer et à encourager. Tout  seul le Mali n’a ni les moyens ni l’intention d’envoyer les militaires au front pour se battre.  Les autorités actuelles ne veulent pas  de la présence des troupes de la CEDEAO à Bamako mais plutôt au Nord du pays uniquement ; alors qu’est-ce qu’on veut cacher à Bamako aux yeux du monde ? Les massacres, les passes droits, les enlèvements, les abus de positions dominantes, les braquages des caisses de l’état ? Bref,  la junte militaire veut continuer à profiter des maliens tout en demandant à la communauté internationale de l’aider à chasser les terroristes du Mali pour mieux profiter de toute l’étendue du territoire malien. Ce serait un fâcheux précédent si toute fois la communauté internationale venait à accéder à cette demande indigne. Très certainement, le CNRDRE met une de ces pressions sur Dionkounda le mou afin qu’il ne fasse pas la demande à l’ONU pour une résolution d’envoi de troupe au Mali. Dionkounda étant le seul habilité à demander une résolution  des nations unis pour le déploiement d’une force armée au Mali, il subit toutes sortes d’intimidations pour l’en dissuader. Connaissant le personnage et ce qu’il a subit récemment, on peut deviner la palabre qui a précédé sa demande de résolution aux nations unis avec les contraintes  imposées par le maitre de la pensée unique depuis Kati.  Aussi  il ne sait pas prendre des décisions et les maintenir. On a eu un éventail de ce dont il est capable lorsqu’on a besoin d’un chef qui prend des décisions. Le Cnrdre sait qu’une résolution de l’ONU ne se fera pas sans l’exclusion formelle de la junte. Toute chose pouvant entrainer cette résolution est bannie et pendant ce temps les maliens broient dans le noir et vivent la crainte de ne plus revoir leurs terres. A ce jour, les troupes de la CEDEAO sont prêtes  pour le Mali mais n’interviendrons jamais car elles n’auront point le soutient de l’ONU qui elle-même attend le retrait du CNRDRE. Pas besoin d’être magicien pour savoir que  le CNRDRE ne s’en ira pas aussi facilement et Dionkounda tient à la bénédiction de Sanogo. Qui sait que toutes les décisions de Dionkounda sont tributaires de l’humeur de Sanogo, doit se dire qu’autant se mettre d’accord que le déploiement des troupes étrangères et donc la libération des régions nord du Mali n’est pas pour maintenant. C’est si clair et si limpide qu’on n’a pas besoin de l’analyse d’un expert en géopolitique pour comprendre pourquoi il n’y aura pas de résolution de l’ONU pour l’envoi de troupe au Mali….

après tout j’espère me tromper car mon récit n’est pas la sainte parole

ELIJAH DE BLA

4
sept 2012
Posté dans SOCIETE par rebellespacifiques à 11:00 | Pas de réponses »
MALI, ET SI S'ETAIT TRES GRAVE? dans SOCIETE images2

les populations contraintes à l'exil

Les souvenir de la CAN2012 me sont encore gravés dans la mémoire comme si c’était hier alors qu’en est-il du 22 Mars 2012 tout frais. Je n’ai aucune difficulté à me rendre compte que la CAN a duré un mois et que nous maliens étions en communion totale et parfaite comme jamais je n’ai connu en d’autre circonstances. J’ai une impression honteuse cependant, celle d’avoir toujours vécu dans ce bordel sans nom que Sanogo et sa tribu nous font vivre jours et nuits depuis quelques mois seulement et c’est ça le pire. Au fond de nous, malgré nos différentes positions opposées les unes aux autres sans que personne ne puisse donner une explication, on espère tous sortir de cet état d’urgence qui lentement mais surement s’érige en système.

Dans l’inconscient collectif d’une grande majorité d’observateurs de la crise malienne, il suffira de décider de combattre les terroristes pour
vaincre. Si c’était le cas, ça se saurait évidemment. Personnellement, j’ai plus de questions que de réponses. Je vous épargnerai de mes questions car elles sont marquées du sceau du pessimisme. En ces temps qui courent, à défaut d’avoir des solutions il faut éviter de rependre le pessimisme. Comme je l’ai souvent dis, la classe dirigeante du Mali de 2012 n’aurait jamais pu   accéder au pouvoir sans les circonstances que nous connaissons tous alors ce n’est donc pas une tare ou une maladie d’émettre des doutes  sur leurs intentions réelle sur une libération du Nord du Mali. Il ne souffre d’aucun doute que si le Mali avait été libéré en fin Avril ou début Mai, aucune de ces têtes  ne serait à ce jour à la place qu’elle occupe.  Cette donne est un premier point de blocage et une explication de la gravité du problème. Certains pays disposant de pétrole et de richesses illimitée lorgnent sur les potentialités des régions nord du Mali n’ont aucun scrupule à s’allier avec les terroristes  pour assouvir leurs envies de néocolonialistes. Le Qatar et la Suisse se sont illustrés dans ces basses besognes de déstabilisation. Ces pays ne s’en cachent pas et les pays dits puissants ne se bousculent pas pour condamner ces pratiques. Autant le dire tout de suite, la communauté internationale et les maliens ont un point commun, tous deux s’en foutent du Mali. Le Qatar a les moyens de s’acheter le silence des pays frères et traitres  tel que la France. Il a fallu que le pays le plus neutre au monde s’invite à la table du partage du gâteau Mali. Le chant du cygne est un signe que seul les avertis comprennent. L’aide déguisé du  Qatar à coup de petro dollars et la sournoiserie
de la Suisse rend l’équation encore plus corsée et constitue un second point de gravité.

Enfin le peuple malien que panurge aurait conduit facilement à l’aide d’un seul bâton ne donne envie à aucun état de se mouiller pour le
Mali. Trop d’association farfelues ont vu le jour et roulent pour un clan ou un autre. Tous les maliens sont politiquement colorés aujourd’hui et cela  rend impossible le débat sans passion. Ce que pense le peuple malien est un secret mieux gardé que la composition du coca
cola et le code nucléaire des USA. Alors bien malin celui qui saura prédire l’avenir de ce pays qui dérive chaque jour. Chacun vaque à ses occupations en croyant que les autres vont régler les problèmes généraux du Mali. Ça donne le sentiment que ce qui se passe est moins grave qu’il en est réellement. Puisque personne ne s’en occupe, personne ne sait réellement l’ampleur des dégâts.

Et si c’était très grave ?

 

ELIJAH DE BLA

 

3
sept 2012
Posté dans SOCIETE par rebellespacifiques à 11:34 | Pas de réponses »
La face cachée du semblant de paix au Mali.  dans SOCIETE images1
COUR DU PALAIS DE KOULOUBA

Notre très chère premier ministre est si fier de dire aux journalistes que son gouvernement parvient à payer les salaires des fonctionnaires sans l’aide du monde extérieur. C’est tout à fait vrai, cependant il a oublié un petit exercice de mathématique sur les chiffres qui comptent aujourd’hui pour le Mali.

Il y a moins de 40 000 fonctionnaires au Mali pour une population de 16 millions d’habitants qui doivent  vivre de quelque chose. Sachant que la structure qui caractérise le secteur privé fout le camp au fur et à mesure et que les canaux de transmissions entre salaires de la fonction publique et activité économique du pays sont connus, le premier ministre montre toute la largeur de son inculture à la face du monde. Aucun secteur de la vie économique du Mali n’est épargné par la dégringolade de sa situation. Le tourisme qui fait partie du top 3 des secteurs les plus porteurs a été le premier atteint par les
corolaires du coup d’état. Nombreux sont les pertes d’emplois et des fermetures d’entreprises. L’adresse Mali n’est plus possible à vendre. Coup d’état et présence islamiste dans les régions nord n’embellissent pas la carte de visite, c’est comme ça il n’y a pas de magie à ce niveau. Les recettes douanières sont amputées des entrées de fonds des villes aux mains des islamistes et malgré cet état de fait, Sanogo et le premier ministre se servent directement à la source au gré de leur besoins en folie des grandeurs. A défaut d’être intelligeant, et doué on peut juste regarder ce qui se passe au Mali et comparer avec ceux des pays voisins. Ce que je dis  n’est pas non plus la sainte parole, mais le
Mali est l’un des pays où l’on trouve le moins de fonctionnaires. Les salaires bas ne favorisent point un effet positif  sur l’économie. Considérant toutes ces données, je me pose la question de savoir si Mr le premier ministre a pris la largeur du problème des maliens. Comment peut-il être si fier du salaire assuré de moins de 0,3% de la population sachant que le problème caractéristique de notre pays est l’absence de revenu salarial de nos populations. Soit il ne sait pas qu’il est dans le faux, soit il trompe les maliens sur sa capacité à les diriger.

On ne saurait résumer l’activité économique d’un pays au seul salaire des fonctionnaires surtout si le pays s’appelle Mali et occupe le peloton
de queue des pays les plus pauvres de la planète. Au-delà des salaires, le Mali dépend de ses voisins plus que ses voisins ne dépendent de lui. Toutes les importations et exportations sont tributaires des ports maritimes des voisins comme la Côte d’Ivoire. Ce n’est pour jouer aux billes que les pays Ouest africains ont fait un blocus sur les armes supposées commandées par le Mali. Ils  ont exprimés leur position dépendante vis-à-vis du Mali. Rien que ça, les maliens devraient s’inquiéter mais rien n’y fait.

Assurer les salaires est l’illusion qui maintient le semblant de paix au Mali avant l’inévitable explosion. Lorsque les salaires ne seront plus assurés, lorsque la compression de l’activité économique aura atteint son niveau le plus congru, la guerre prendra le pas sur la fausse paix.
D’ici là, le rêve façon CMD continue et dieu seul sait comment les maliens joignent les deux bouts.

 

ELIJA DE BLA

3
sept 2012
Les raisons pour lesquelles le MLNA n’a aucune légitimité dans SOCIETE Mansa_kankan_musa_roi_du_mali_14e-300x147
mansa kankou moussa

Bonjour à tous chers lecteurs je vais tenter d’expliquer pourquoi les revendications du MLNA sont illégitimes. Cet article peut sembler obsolète aujourd’hui, mais je pense qu’il aura son importance dans le futur. Car le MLNA qui semble mort est maintenu en vie par de sombres individus. Mais là j’observe que le MLNA est en train de reprendre du poils de la bête au niveau de la bataille médiatique. Après avoir été invités sur les chaines d’informations françaises (France 24, bfm tv, Itélé). Après avoir obtenu les soutiens du CRIF.  Le  MLNA a trouvé un nouvel allié. Le pays qui est le plus « neutre »dans l’histoire du monde ; c’est à dire la
Suisse. Quand j’ai appris que le ministère des affaires étrangères suisse
finance les réunions du MLNA.  Je me dis qu’il est temps d’émettre certaines vérités.

Le MLNA n’a pas de légitimité auprès des populations du NORD.

 Le MLNA ou Mouvement de la Libération Nationale de l’Azawad prétend agir au nom de la population du Nord et réclamerait un état indépendant appelle Azawad. Selon eux les régions de Gao, Kidal, et Tombouctou sont des régions qui ont toujours appartenus au
Touaregs. Ainsi il réclame le droit de disposer de ces terres. Il y’ a plusieurs choses à savoir
.1)    Le MLNA ne représente même pas la population Touaregs

2)  Les Touaregs sont une minorités au Nord du Mali composés de plusieurs ethnies Songhaï, Peuls, Touareg, Arabes, et d’autre ethnies
que j’ai du oublier.

Maintenant on va étudier l’illégitimité de leur requête. Les Touaregs sont un peuple berbère nomade qui vit dans le sahel. La Définition commune du mot nomade est : « peuple qui n’a pas de domicile fixe et se déplace fréquemment » .Les synonymes de nomades sont itinérants et vagabonds. Les Touaregs se décrivent comme un peuple nomade. Mais les nomades n’ont pas de lieu d’habitation fixe et donc
pas de terre non plus. Alors j’aimerais que l’on m’explique comment quelqu’un qui n’a ni terre ni habitation peut revendiquer des terres ?

Deuxièmement les Touaregs ne sont les premiers habitants de cette région, les premiers habitants de cette région sont les Khasonkés  et les Soninkés. Mais surtout le point le plus important : Les Touaregs n’ont jamais eu de royaume, ni même un lopin de terre qui servirait de royaume. Il n’y a jamais eu dans l’histoire de l’humanité un royaume appelé Azawad, ou un royaume Touareg. On ne trouve aucune
source orale ni aucune source écrite. Aucune nation ne mentionne l’existence de l’Azawad. Aucune sources africaines, aucune sources européennes et même aucune sources arabes. C’est quand même bizarre pour un état de n’avoir aucune relation diplomatique non ? En même temps aujourd’hui aussi ils n’ont aucune relation diplomatique. Par contre que ce soit pour l’empire du Wagadou connu sous le nom d’empire du Ghana, l’empire du Mali  et l’empire Songhaï  on trouve des sources écrites, orales.  Des pays arabes, européens peuvent témoigner de l’existence de ces empires ainsi même de leur richesse.

On a même reconnu la grandeur de ces empires dans les jeux vidéo Civilisation IV (Empire du Mali) et Civilisation V (Empire Songhaï).  Bien sur on ne mentionne même pas l’Azawad comme une cité état.  Je dirais même qu’il n’y aucune mention de l’Azawad. La je vous parle de ces deux jeux vidéos mais pourquoi ? Lorsqu’on démarre une partie à Civilisation IV, la première ville que l’on fonde est Tombouctou. Tandis que pour Civilisation V, la ville que l’on fonde en premier est Gao (Normal cette ville a été fondée par des songhaïs).

Les villes que l’on fond dans Civilisation en premier sont des capitales, des villes qui symbolisent cet empire, cette civilisation.  Les maliens
sont les héritiers de ces  2 empires .Cela veut dire que pour les américains (le jeux a été fait par des américains) et par conséquent le monde entier ces villes sont des symboles du Mali (on peut même dire de l’Afrique de l’Ouest). Et je considère qu’aucune ethnie du Mali ne peut revendiquer ou monopoliser un héritage territorial pour des raisons ethniques.  Les régions de Gao, Tombouctou et  de Kidal ’appartiennent
ni aux bambaras, ni aux peuls, ni songhaïs ni aux Touaregs ni aux arabes mais à l’ensemble des maliens. Le Mali n’est ni divisible erritorialement ni divisible pour une appartenance à une ethnie ou religion. Voici la fin de cet article. Je vous remercie d’avoir lus cet
article.

Vive le Mali et Vive l’Afrique.

 

Sa Majesté Mansa Moussa.

 

 

30
août 2012
Les américains ne connaissent pas Cheick M Diarra dans INTERVIEW nasa1
les ingenieurs de la NASA

Sans vouloir basculer dans l’anti CMD primaire, je ne peux m’empêcher de constater que le
peuple malien y compris moi, sommes menés en bateaux.

Reprenons les faits dès le début pour être au même diapason d’analyse. Avant l’acceptation par le CNRDRE de son pseudo retrait de la vie politique, avant même la nomination d’un gouvernement post ATT, une écrasante majorité de maliens trouvait en la personne de CMD, une solution de sortie de l’impasse née du  putsch. Nos espoirs étaient guidés par le CV  intergalactique qu’on lui a attribué avec les  faits héroïques qui y ont été associés. Il a été rapporté que cet homme était l’ami personnel du richissime et puissant président de la firme mondiale Microsoft. Il a été dit aussi qu’il est le protégé et même le chouchou des  américains, toute chose qui a aiguisé l’appétit des maliens pour les aides et coopérations futures qui naitrons des connections de CMD. Plus de 100 jours après l’accession de CMD au poste de premier ministre, aucun signe des américains au Mali, aucune visite de CMD au states, aucune trace d’un lien avec l’impressionnant Bill Gates. Alors on continue de croire au père noël ou bien  on se dit en face que la martien s’est foutu de notre gueule de pauvres malien intéressés ? Par expérience, lorsque qu’une personne ment sur une chose, il mentira sur toutes les choses. Loin de moi l’idée de vouloir jeter un discrédit sur les prouesses qui lui sont attribuées à la NASA mais il est nécessaire d’établir la vérité sur le prétendu réseau de Mr Diarra. La raison est simple : c’est cet espoir de réseau qui lui a prévalu la sympathie du peuple malien. Mr le chef d’un GUN qui n’en est que de nom est méconnu aussi bien aux USA que dans le reste du monde. Vous remarquerez qu’il n’a été reçu que dans les pays secondaires tels que le Maroc ou le Niger, je dis bien reçu car il est quand même venu pleurnicher à Paris  Montparnasse  sans rencontrer le moindre responsable de ce pays dont dépend beaucoup la destinée du Mali.

Alors je résume : depuis que l’enfant prodige de Ségou et messie en son propre pays est arrivé au trône tant convoité, le constat est qu’il n’a point d’amis et n’est point connu. Quel raté de notre part dans le casting. J’ai toujours pensé que la maturité du peuple malien serait une sanction en elle-même contre l’incompétence d’un homme sans mandat quelconque mais je me suis trompé et je continue de me tromper puisque je continue de faire des articles sur le sujet Mali. Tels des moutons de Panurges, on suit sans réfléchir. On sait qu’il y’a
eu méprise sur le CV de l’homme providentiel et que c’est grave mais on laisse passer alors que le messie lui-même veut mener une chasse contre les manipulateurs de diplômes et CV. Autant demander au président ATT de reprendre  son poste si l’incapacité devenait une qualité au Mali. Nous n’avons pas les hommes qu’il faut aux places qu’il faut, le résultat est connu d’avance mais la prévision n’est point une vertu des maliens, on préfère être pris au dépourvu et se dire que c’est la faute ou que c’est la volonté de dieu tout puissant. Le même dieu n’a-t-il pas dit : « aides toi, le ciel t’aideras ? »

Etant donné que Kadhafi est mort et que CMD est un illustre inconnu dans le concert des personnalités qui comptent sur la planète, le Mali est orphelin de connexion. Personne ne veut jouer dans le même bac à sable que le bébé Mali. Le premier pays au monde à mettre en garde ses ressortissants qui désirent se rendre au Mali s’appelle les USA or toute la stratégie de communication de CMD était basée sur son réseau américain. Il n’y a pas de hasard, cet homme pose problème à la remontée du Mali. Ce n’est tout de même pas rien une mise en
garde des USA contre un pays. La question n’est pas de se dire si les USA ont raison ou tort, la réalité est que cette mise en garde est néfaste pour notre sécurité et notre économie qui sera présentée comme une peste face aux investisseurs. Le Mali n’a jamais attiré les IDE et cette nouvelle donne imputable à notre premier ministre est un palier supérieur dans la descente en enfer. Allons-nous continuer à fermer les yeux sur l’incapacité de CMD à nous conduire vers la paix ? Allons-nous faire semblant devant l’impopularité dont il fait l’objet au sein de la communauté internationale ? Vaut-il mieux que le Mali au point de le couvrir contre ceux dont dépend notre destinée ?

CMD nous a menti pour accéder au poste de premier ministre, il mentira pour tout ce qui concerne le Mali. Logiquement le peuple devrait le contraindre à dégager mais le même peuple a pris effet de cause pour lui. Plus il est détestable par la communauté internationale, plus il est aimé au Mali. Ce n’est pas étonnant, 80% des aliens ne savent pas déchiffrer ce que le reste du monde pense du Mali et CMD surf sur cette ignorance ollective.

ELIJAH DE BLA

29
août 2012
une concurence déloyale du HCI envers AQMI, Ansardine et Mujao dans religion mali-charia-main-coupe-credit-photo-search
une main coupé selon les djihadistes

Le gouvernement malien fait de la concurrence déloyale aux islamistes du Nord en formatant les maliens à mieux accepter la charia. Il ne s’agit
pas pour moi de juger si la charia est bien ou pas, il s’agit plutôt de
constater les faits et libre à tous d’en tirer les conclusions.

La nomination des membres du GUN devrait tenir compte de la spécificité de notre actualité mais les nominations ont été faites comme si le Mali venait découvrir des milliards de barils de pétrole offshore facile à exploiter et qui nous rapportent des milliards d’euros tous les jours. Comme si le taux de scolarisation  était de 100%, comme si le chômage était à taux zéro, comme si tous nos ennemis avaient disparus et nos problèmes résolus. En somme on a agi comme si l’on vivait une autre  réalité mais tous savons que la nôtre
est triste et mérite mieux comme réponse. Comme les adolescents j’ai envie de
dire «  lol » mais le cœur n’y est pas.

Répondre aux agressions des islamistes par la création d’un ministère fondé sur le seul critère de la religion est en soit une faute professionnelle mais dans le cas du Mali, en analysant les tenants et les aboutissements, on se rend compte que l’acharnement électoraliste du chef du GUN avec la complicité du HCI est à l’origine de cet acte malsain. Le but étant de concurrencer les islamistes du Nord sur le terrain miné de l’islamisation forcée de la société, les précipitations sont remarquées dans les comportements des acteurs de cette en scène triste et indigne. Selon les propos attribués à l’imam Dicko, An sardine, Aqmi et le Mujao n’ont rien à apprendre au Sud en matière de religion musulmane. Donc il veut à son tour marquer les esprits avec cette incursion dangereuse en politique.

Vingt ans de tradition démocratique certes pas parfaite viennent d’être balayés par des personnages qui n’ont rien à proposer à part
nous tirer vers le bas. Une chose est flagrante depuis le début de la crise née du putsch, c’est la multiplication des intrusions de l’islam dans la gestion étatique. Aucun domaine n’échappe  aux dirigeants religieux du HCI, l’humanitaire, la politique, les medias et même le
business. Quelle suite doit-on imaginer à  cette nouvelle donne ?

L’imam Dicko et ses acolytes du HCI ont décidé de tirer profit de la déstabilisation du pays. Il faut savoir que dans tous les pays pauvres de la planète, la valeur refuge en période de grave crise est la religion. Ce fut le cas en Haïti, et en côte d’Ivoire tout près de nous et le Mali n’est pas en reste. Dicko ne réfute pas la charia en tant que telle mais refuse la charia du Mujao et de An sardine donc il faut s’attendre au fait
qu’il va tenter d’installer sa propre lecture de la charia avec l’aide du chef du gouvernement. Plusieurs décennies ont permis à des prêcheurs maliens tels qu’Ousmane Cherif Haidara, Thiam et Dicko lui-même de préparer le terrain propice à la charia compatibilité au Mali. Il est vrai que le MNLA et les mouvements terroristes ont facilité la tâche du HCI. Je ne crois pas que notre premier ministre soit un adepte de la charia mais la courses aux présidentielles futures l’aveugle au point de s’allier avec n’importe qui susceptible de lui rapporter des voix. La première victime de la charia pourrait être le premier ministre lui-même qui pourrait avoir la main tranchée par les juges car ses mains sont sales.

Le GUN et le HCI procèdent à une concurrence déloyale contre les islamistes du Nord pour rendre le Mali charia compatible……

 

ELIJAH DE BLA

28
août 2012
UN COUP D'ETAT EST NECESSAIRE CONTRE LE COUP D'ETAT AU MALI dans POLITIQUE 29210211
le CNRDRE

Je suis un démocrate convaincu car je dois beaucoup de
choses de ma vie à la démocratie et à son arme de conviction massive qui est le suffrage universelle. Lorsque je pousse un peu, je dis bien un peu la réflexion, je me rends compte que nous ne sommes qu’au commencement de l’impasse. Il est impossible de parler du sujet Mali avec des mots optimistes. D’ailleurs je défi quiconque de narrer le Mali d’aujourd’hui avec des propos optimistes. Le seul facteur qui se rapprocherait d’un sentiment d’espérance serait la part très imposante des jeunes de moins de 30 ans, encore faut-il que ces jeunes arrêtent de suivre les vieux politicards, qu’ils prennent leur destinée en main. Je dis auto-détermination générale et totale des jeunes
maliens.

A mon humble avis, la communauté internationale n’aidera jamais une junte arrivée par le biais d’un putsch, le Mali n’ayant aucune chance de s’en sortir seule, le peuple malien risque de vivre encore longtemps ce qu’il vie déjà avec beaucoup de peines. Le peuple doit faire une récupération, de son pouvoir autrement que par les urnes car les urnes ont été consumées par le CNRRE depuis le 22 Mars 2012. En d’autre terme, le peuple doit réaliser ce que les détracteurs appelleraient un coup d’état. Un coup d’état est l’usurpation du pouvoir par la force contre un gouvernement élu démocratiquement et c’est ce qu’a fait Sanogo et sa bande d’ivrognes. Rétablir l’ordre souhaité par les maliens est une nécessité et ça passe par un coup de force du peuple contre cet illégitime pouvoir qui s’installe d’avantage tous dans notre quotidien.

Comme méthode, il s’agit d’installer des lézards dans le mur formé par le trio et attaquer doucement à base de rééducation, de désobéissance
civique, de réveil et de conscientisation du peuple. Il faut que le trio comprenne qu’il n’a pas l’adhésion populaire et faire en sorte qu’il doute. Par la suite, il faut des manifestations illimitées dans le temps et dans l’espace calquées sur le modèle tunisien et de sorte à ce que les mouvements des dirigeants soient réduits à leur niveau le plus congru. Il faut pousser les membres du GUN à la démission. Montrer un désintérêt constant face à ce pouvoir malsain. J’invite le peuple malien, du  moins les maliens à qui il reste encore un
minimum de dignité à se relever et faire un «  coup d’état » contre le régime du trio. Personne ne nous en voudra car ce serait juste un retour aux normes. Usons de tous les moyens qui sont en notre disposition pour faire voler en éclat cette organisation malhonnête.

 

Il ne sert à rien de combattre les islamistes qui pullulent au Nord du pays car même si nous arrivons à les vaincre dans cette confusion
qui est notre, la charia sera tout de même appliquée au Sud car Cheick M Diarra et l’imam controversé Dicko s’en chargent. La laïcité a volé en éclat et la menace d’une uni-polarisation religieuse plane sur le Mali. La montée en puissance du haut conseil islamique et de son satanique président est une menace pour l’islam et des autres religions du Mali. Nous chasserons les islamistes car ce sont des
étrangers qui se sont installés sur nos terres et nous tuent mais pas parce qu’ils rependent la charia. Les islamistes du Nord ont de la concurrence en la personne du premier ministre qui se presse d’établir la charia au sud avant même que le Nord n’abdique. Devant toutes ces menaces, un seul mot d’ordre est de rigueur, faire un coup d’état pour anéantir la portée du coup d’état de Mars 2012.

Quand il ne reste plus d’option, adopter l’attitude de l’ennemi pour l’atteindre est la seule issue. Adhérez au projet de coup d’état contre le
coup d’état…

 

ELIJAH DE BLA

1...111213141516

Amisderosemefalessi |
Logone |
Blogmilitantduchangementaufaso |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Retourvilliers
| Umpperigordvert
| Vivelafrancebleue