Elijah De BLa

les yeux du BLAKA

Archive pour la catégorie 'actualité'


ELLECTIONS PRESIDENTIELLES vs GUERRE DE LIBERATION

26 février, 2013
actualité, SOCIETE | Pas de réponses »

On a le sens douteux des priorités au Mali  à tel point que les projecteurs seront bientôt braqués sur les présidentielles prévues en Juillet selon le plan du président Dionkounda TRAORE. Déjà que les politiques n’ont jamais été concernés par la libération des territoires, s’il faut suivre deux lièvres à la fois, il faut s’attendre à un délaissement total de ce sujet aux mains de la France qui se ferait un plaisir de mettre en marche son plan machiavélique déguisé en habit de sauveur. Le MNLA pourra se servir avec ses amis terroristes sans qu’on ne s’en aperçoive. Le réveil au lendemain des présidentielles sera brutal et fatal mais nous sommes plus habitué au Mali à flirter avec le pire qu’avec la normalité.

Le Mali s’apprête à tester le système gémellaire appliqué à un état, en effet le problème de la junte loin d’être réglé va s’ajouter à une éventuelle crise post-électorale. Sachant qu’une aspiration au changement est flagrante et que l’appareil de l’administration électorale tenu en partie par la junte va forcement tripatouiller pour un candidat représentant le tandem DT Sanogo, il faut s’attendre à un rejet des résultats par les  populations maliennes .Et même si les élections se déroulent dans la transparence, l’épineux cas Sanogo demeure.  Le Mali sera dirigé par un bicéphale impossible au quotidien et le spectre d’un retour aux périodes sombres du système CNRDRE planera encore. Les USA de leur côté n’aident pas le Mali en posant comme préalable de son aide des élections quelque soit le prix. Le Mali ayant besoin des perfusions n’a d’autre choix que subir une loi imposée par ceux qui lui donne de quoi se nourrir.

La libération avant les élections ou un mixage des deux en prenant le risque de délaisser la première? Certains diront que je suis pessimiste et mauvaise langue, la réalité est plus sombre que mes propos cependant.

 

 

ELIJAH DE BLA

 

LE MNLA INDESIRABLE A ANGERS

24 février, 2013
actualité | 6 réponses »

Image de prévisualisation YouTube
Le 21 fevrier 2013, la ville de Murs-Erigné près d’angers sur initiative de son maire Monsieur philippe BODARD avait prévue depuis de longue date une conference sur le Mali. Il faut rappeler que la ville d’angers est jumellée  avec Bamako depuis des decennies et que nombreux maliens y vivent. les thèmes de la conference et le choix des conferenciés posaient problème  à la communauté malienne qui voyait là un moyen de soutien au MNLA. Je rapel aussi que Angers est la ville de résidence de Moussa ag assarid, ex porte parole du MNLA et qui continue de s’exprimer au nom de l’organisation.
Le premier communiqué du maire de Murs-erigné sur l’organisation de la conference était de cette nature:
Dans le cadre de ses réflexions politiques, RESO 49 a souhaité organiser
un débat autour des évènements actuels sur le territoire malien
le jeudi 21 février 2013 à 20h au Centre cuturel Jean Carmet à Murs Erigné.
Pourquoi en est on arrivé à une intervention militaire ?
Pourquoi les terroristes islamistes ont pu faire ainsi trembler l’ensemble de la communauté internationale, et s’installer aussi facilement sur le territoire Malien ?
Quelles sont les répercussions possibles pour demain ? Peut on s’attendre à un nouveau génocide en Afrique, cette fois contre les Touaregs ?
Voilà des questions qui nous interrogent tous, pour peu que l’on se déclare citoyen du monde, et constamment attentif aux problèmes de société….
Pour nous aider dans nos réflexions, le débat se fera en présence de :
Moussa Ag Assarid  consultant sur les problématiques africaines et touareg,
Daniel Roussel ancien conseiller du président de la République du Mali (consultant expert Mali),
et (sous réserve) un journaliste du « Monde Diplomatique »…
Soyez les bienvenus à cette soirée gratuite, et venez nombreux pour partager vos idées avec nous et enrichir notre réflexion respective.
c’est bien évidemment que la communauté malienne d’angers et environ s’est levé comme un seul homme pour empecher ce qu’elle considère comme une tribune pour le MNLA et Moussa Ag assarid.Phillipe BODARD maire de la ville de Murs-Erigné aurait reçu plusieurs appels téléphoniques des jeunes d’Angers réunis au sein de l’association FASSO Denw avec à sa tête Ibrehima TAMERA qui aurait clairement dit au maire que si sa conference avait lieu sous sa forme initiale, il devrait s’attendre à un bain de sang dans la salle. le maire a fait deux interventions dans la presse pour exprimer la menace qui pèse sur la tenue de la conference avec moussa Ag Assarid comme conferencier et les thèmes proposés. la pression de TAMEGA et ses associés a porté ses fruits au bout de quelques jours puisque non seulement la composition des conferenciers fut modifiée, mais les thèmes ont été remplacés par d’autres plus neutres. C’est ainsi que la conference fut animée par des personnes autres que celles prévues au début.
en déhors de la ville d’Angers et des ses environs, les maliens sont venus de Paris avec une délégation conduite par le président du haut conseil des maliens de France monsieur Hamedi DIARRA.  La délégation parisienne comptait Mahamane Lamine TOURE, un malien de France originaire du nord du Mali. Il a tenu à remettre les choses à leur place en accablant le MNLA, et lui attribuant tous les maux que vivent les populations du Nord et le peuple malien dans son ensemble.
Image de prévisualisation YouTube
malgré le changement de l’ordre du jour, les conferenciers ont plus d’une fois éssayé de dissossier le Mnla des organisations terroristes du nord du Mali mais l’assistance a chaque fois rapelé le contraire. plusieurs fois des noms d’oiseaux ont été échangés entre ceux qui tentaient de rendre les touaregs victimes et les maliens présents dans la salle.
De mon avis ces conferenciers n’avaient pas grandes connaissances du sujet Mali et de ses implications, l’évènement de la soirée était plutôt ailleurs: pour la première fois de son histoire sur le sol français, le MNLA venait de se voir empêché de participer à une conférence à laquelle il était pourtant invité. Le traitement médiatique partisant de la presse francaise et les soutiens à peine voilés de certaines personnalités sont perçus par les maliens comme une injustice de la France envers le peuple malien. Aussi le mandat d’arret international lancé par le Mali à l’encontre des membres du MNLA constitue un motif de plus aux yeux des maliens pour empecher des criminels de prendre la parole en public.
 A tous ceux qui prennent la parole pour distiller des informations consciemment fausses et à tous ceux qui défendent le MNLA par ce qu’ils fantasment sur les hommes bleus, j’ai envie de dire: quand on ne connait pas quelque chose, on va à l’école de cette chose….
ELIJAH DE BLA
RAFFARIN ENFIN INDÉPENDANT À 64 PIGES?

20 février, 2013
actualité | Pas de réponses »

Que peut-on esperer a 64ans lorsqu’on a été premier ministre et occupés plusieurs autres hautes fonctions étatiques? Pas grand chose a priori à moins d’être lié par un pacte secret avec les loups. On savait tous que la ligne directrice de campagne du candidat Sarkozy basée sur le racisme décomplexé et l’opposition des francais les uns aux autres n’était pas du goût de JP Raffarin mais on ne saurait sans doute jamais ou il avait caché sa langue. Il n’est jamais trop tard pour voir la lumière et en ce Mardi 19 février la lumière fut.

JPR a pris tout son courage et tout son sérieux pour dénoncer ce que tout le monde savait sur le rôle majeur de Sarkozy dans la déroute royale subit par la droite aux présidentielles et aux législatives. Que ça fait du bien de dire ce que l’on pense! Le clivage a droite de la droite pour draguer les électeurs du FN, l’attitude du candidat Sarkozy, le choix de ses hommes, et l’équipe de campagne tout y passe. En citant le blog de la journaliste du Monde Françoise Fressoz on découvre qu’il n’y va pas de main morte. L’ancien Premier ministre critique le maintien de François Fillon à Matignon à l’automne 2010, le « cadeau du Sénat » à la gauche et l’attitude pendant le débat télévisée de l’entre-deux-tours : « Peu de respect pour son adversaire, peu de considération pour ses arguments, peu de distance avec la pression, pas d’humour, pas assez de hauteur, ce débat était un combat bien peu présidentiel ».pour se démarquer du sarkozisme on ne peu pas faire plus limpide dans le genre. Pour achever son entreprise d’indépendance JPR rajoute: « Si une seule de ces cinq occasions avait été saisie, la victoire eut été possible ». Il faut tourner la page du Sarkozisme, semble dire Jean Pierre Raffarin.

Elijah De Bla

UN DJIHAD CONTINENTAL

19 février, 2013
actualité | Pas de réponses »

Le djihad devient continental du Mali au Nigeria en passant par le Cameroun. Plus aucun pays d’Afrique ne pourra faire l’autruche face à cette pandémie qui touche le continent. Tout ce qui peut attirer l’attention, rappeler que les terroristes ont certe déserté le nord du Mali et vaincu en Algerie lors de la prise d’otage mais demeurent une menace et même « la menace » est bon à prendre pour eux. Les pays les plus exposés à très court termes sont les pays limitrophes du Mali tels que le Burkina Faso qui a toujours joué avec le feu en livrant son territoire comme lieu de rassemblement aux terroristes. Le Niger qui est un pays dans lequel les terroristes ont leurs entrées se sait exposé idem pour la Mauritanie. La prise d’otage des sept français de cet après midi au Cameroun qui se trouve à des milliers de kilomètres du Mali fait basculer le continent dans une psychose d’un genre jusque la méconnu.

Les premiers soupçons vont vers le Boco Haram qui est assez mobile dans la région ouest Africaine mais aussi en Afrique centrale depuis maintenant. Le Nigeria a une influence sur ses voisins immédiats et sur toute l’Afrique de l’ouest avec ses 110 millions d’habitants et son économie qui est le leitmotive de la régions. Les rapts y sont courant avec un savoir faire local que le Boco Haram exporterait sans difficulté surtout que l’Europe fini toujours par payer pour ses otages.

Les États et leurs soldats sont largement plus nombreux que les terroristes et leurs armements alors a quand une coalition africaine anti terroriste? Avant qu’il ne soit trop tard, avant que la jeunesse africaine ne voit le terrorisme comme une option face à la crise, il est impératif d’éradiquer le mal. Le Mali n’est que l’entrée du repas qui a pour plat de résistance le continent africain. Sachant que la France est en première ligne des pays à fort potentiel pour monnayer les otages, elle n’aura d’autre choix que de mettre en place une coopération avec les pays africains pour sécuriser la situation. D’ici la nombreux sont ceux qui affronteront leur crainte du terrorisme.

Elijah De Bla

Conference de presse du ministre des affaires étrangères du Mali

9 février, 2013
actualité | Pas de réponses »

Image de prévisualisation YouTube
Le tumultueux parcours des rebelles touaregs du MNLA

9 février, 2013
actualité | Pas de réponses »

Il est très rare que la presse française face cas du rôle terroriste du MNLA  par ses alliances successives avec les groupes djihadistes reconnus. cet article du journal L’espresse en dit long sur une verité cachée jusque là aux français….

 

 Les rebelles touaregs du MNLA s’étaient alliés, il y a un an, à des combattants djihadistes pour s’emparer du nord du Mali et proclamer l’indépendance, avant de se faire évincer. Ils appuient maintenant les forces françaises face à leurs anciens partenaires. Retour sur une trajectoire sinueuse. 

Les rebelles du MNLA s’étaient lancé, en janvier 2012, dans une offensive aux côté de groupes islamistes armés afin de s’emparer des villes du nord Mali et proclamer l’indépendance. Ils combattent aujourd’hui leurs anciens partenaires en appui à l’armée française. Comment expliquer ce retournement?

Le MNLA représente une minorité au sein d’une communauté elle-même largement minoritaire au Mali, de 300.000 à 500.000 personnes sur 14 millions d’habitants. il a ses entrées en France où ses responsables sont reçus au ministère des Affaires étrangères et sur les plateaux de télévision, ce qui a sans doute contribué à donner une vision déformée de son emprise sur le terrain..

A l’orrigine, le parrainage de Kadhafi

Fort de son pactole pétrolier, le colonel Kadhafi, qui se voyait en « guide » non seulement de la « Grande Jamahiriya (République) arabe libyenne populaire et socialiste », mais aussi de toute l’Afrique, instrumentalise les Touaregs, ce peuple éparpillé sur cinq pays par les frontières de la colonisation, pour déstabiliser ses voisins. Dans les années 1970, Il recrute des « hommes bleus », nomades marginalisés par les pouvois centraux et appauvris par des sécheresses à répétition,

 

Le colonnel Kadhafi forme militairement les Touaregs, réputés pour leur tradition guerrière: Certains sont expédiés au Tchad ou au Liban. Nombre de Touaregs sont intégrés à l’armée libyenne au sein d’une « légion islamique ». Après le soulèvement qui a démarré à Benghazi au printemps 2011, quand les choses commencent à mal tourner pour leur parrain libyen, plusieurs centaines des ces soldats prennent, à l’automne 2011, la route du Mali, dévalisant au passage quelques arsenaux. Ils s’unissent à de jeunes militants indépendantistes qui ont créé en un an plus tôt le Mouvement national de l’Azawad. Cette fusion donner naissance, en octobre 2011, au Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), qui revendique l’indépendance du Nord du Mali.

La naissance d’Ansar Eddine

Un dirigeant touareg historique, Iyad Ag Ghaly, ancien lui aussi de la « légion islamique » libyenne, qui a depuis versé dans le salafisme au contact de prédicateurs pakistanais, revendique le commandement militaire du MNLA, Devant le refus de ce dernier, il fonde son propre mouvement, Ansar Eddine (Défenseurs de la religion).

Auréolé de son prestige passé, Ag Ghali ramène dans son orbite quelques jeunes Touaregs proches d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et des djihadistes confirmés.
Parrallèlement, apparaît, également à l’automne 2011, un autre groupe armé, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), formé d’activistes maliens et mauritaniens noirs qui se réclament eux aussi d’Al Qaïda.

L’alliance avec Ansar Eddine

Le 17 janvier 2012, le MNLA lance une offensive surprise et prend plusieurs villes du nord-est du Mali, Ménaka, Aguelhok, Tessalit. Pour mener cette attaque, le MNLA, qui se dit laïque, s’allie au Groupe Ansar Eddine. L’armée malienne, sous-équipée, est rapidement défaite face à ces combattants aguerris et fortement armés. Les rebelles sont rejoints par des soldats touaregs de l’armée malienne en déroute.

Lors de l’offensive de janvier 2012, des exactions sont commises, en particulier à Aguelhok, où une centaine de soldats maliens sont exécutés.

Le manque de moyens de l’armée malienne est à l’origine du coup d’Etat militaire du 22 mars à Bamako. Les putschistes dénoncent l’abandon des soldats dans le Nord.

L’indépendance … la charia, et l’éviction

Profitant du chaos dans la capitale malienne, les rebelles poursuivent leur avancée. Le 30 mars, Ansar Eddine, le MNLA et des éléments d’Aqmi s’emparent de Kidal, puis de Gao. Le 1er avril, Tombouctou tombe à son tour aux mains du MNLA, quiproclame l’indépendance.

Mais dès le lendemain, le mouvement se fait déloger par les djihadistes d’Ansar Eddine et d’Aqmi. Le MNLA perd peu à peu des positions face aux groupes islamistes armés qui prennent le contrôle effectif des principales villes. Ces derniers instaurent la loi islamique (charia) et marginalisent le MNLA avant de l’évincer totalement fin juin.

En octobre 2012, alors que se prépare le déploiement d’un contingent ouest-africain sous mandat onusien, le MNLA se dit prêt à revenir sur sa revendication d’indépendance et se contenter d’un « droit à l’autodétermination ». Un mois plus tard, sous la pression de l’Algérie, hostile à une intervention étrangère, des dirigeants d’Ansar ed-Dine annoncent vouloir dialoguer, puis s’engagent, en décembre, à cesser les hostilités. Ils sont désavoués par Iyad Ag Ghaly qui décide, début janvier de lancer une offensive vers le sud du pays. Cet assaut précipite l’intervention française, le 11 janvier 2013.

Le retour du MNLA, partenaire de l’armée française

La rapide progression de l’armée française, entraîne une scission au sein d’Ansar Eddine. Une partie de ses membres, qui prend le nom de Mouvement islamique de l’Azawad (MIA) appelle à une « solution pacifique » pour régler le conflit. Ce groupe rejette « toute forme d’extrémisme et de terrorisme » et « s’engage à combattre » ses anciens partenaires.

Parallèlement, dans Kidal et sa région, berceau des Touaregs, l’arrivée de l’armée française fin janvier redonne un second souffle au MNLA qui s’installe dans la ville sans combattre après la fuite des djihadistes. A Kidal, le MNLA cohabite avec les islamistes touaregs du MIA. Il fait aussi son entrée dans la ville de Ménaka, à 80 km de la frontière nigérienne.

Désormais, les rebelles du MNLA disent vouloir aider les forces franco-africaines à combattre les chefs et combattants djihadistes, dont Iyad Ag Ghaly, repliés plus au nord, dans le massif des Ifoghas.

Le MNLA semble avoir obtenu qu’aucun soldat malien ne vienne dans la zone -ce sont 1800 soldats tchadiens qui sécurisent la ville de Kidal-. Il craint en effet les représailles des soldats maliens contre les Touaregs, après un an de conflit dans la région, et des décennies de de l’armée malienne contre les « peaux rouges » touaregs.

Lexpress.fr

Sans pains aux chocolats, Copé reçoit la communauté malienne de France

9 février, 2013
actualité | Pas de réponses »

  Sans pains aux chocolats, Copé reçoit la communauté malienne de France dans actualité photo1-225x300

Jean François Copé

Lundi 4 Fevrier à 17 h, un RDV était fixé entre la communauté malienne de France et le chef de l’UMP Jean François Copé.  Outre le chef de l’UMP et quelques membres de son cabinet, les membres des différentes structures représentatives des maliens de France ont fait le déplacement. On pouvait compter parmi elles le CBMF, le CMF, le CMFP et des associations de femmes.  Ce fut l’occasion pour Copé d’exprimer de vive voix la position de l’UMP et la sienne sur la crise malienne ainsi que l’intervention militaire française initiée par le président François Hollande. Si au lendemain de l’intervention militaire française baptisée MISSION SERVAL l’unanimité de la classe politique hexagonale approuvait cette mission, petit a petit, certain leaders politique tels que Melanchon, Noel Mamere et Jean Francois Cope tels des lézards ont démarré le processus de fissuration de ce soutien à travers des questions. Apparemment la politique à reprit ses droits après l’aspect humain et humanitaire qui a caractérisé cette intervention. Dans un discours politiquement correct qui sied mieux à l’homme qu’à n’importe quel autre politicien français, l’assistance à eu droit aux analyses de façade de la situation et la description de sa ville de Meaux qui  compterait selon les statistiques de Cope autant de maliens que la ville de Montreuil en Seine Saint Denis. Il a vanté le rôle des maliens et franco-maliens pour leurs contributions au développement économique de la France. Il a rappelé ses oppositions de visions avec le président Hollande tout en reconnaissant que la décision prise par ce dernier d’envoyer des troupes au Mali était la bonne. Il a rappelé que la lutte contre le terroriste et le narco trafique dans cette région ne pouvait en aucun cas être assimilée à un problème propre aux maliens seulement, il s’agit d’un problème qui concerne le monde entier.  l a regretté l’isolement de la France dans cette guerre et n’a pas manqué de le rappeler aux Allemands lors de son déplacement a la bundestag.  Il a rappelé la préoccupions qui est celle de l’UMP et toute l’attention que ce parti accorde aux déroulement des évènements. Il estime également que personne ne saurait dire jusqu’à quelle date l’armée française se retirera du Mali et qu’on ne peu pas faire procès au président Hollande de ne pouvoir nous le dire. Après un quart d’heure de discours, l’assistance à eu droit de poser des questions au président de l’UMP,  évidemment les questions furent centrées sur le rôle de l’ex président Sarkozy dans la genèse même de cette crise qui prend ses sources en Libye a la suite de la chute du président libyen Mohamar Kadafi par une intervention illégitime de la France. Aussi la crainte des maliens sur la gestion de l’après guerre, de l’impossibilité de scinder le Mali pour satisfaire les enfants Gâtés de la république que sont les membres du mnla. Il a également été question du lobbying qui est en cours par nombreux politiciens, intellectuels et médias qui a pour but d’humaniser le mnla, de faire passer le mnla pour la victime et le Mali pour le bourreau.  Les réponses apportées par Cope n’en sont pas vraiment, maniant à la perfection l’art de la langue de bois et jouant sur la montre il n’a pas été à la hauteur des attentes mais a promis une prochaine rencontre afin de répondre davantage aux questions qui sont celle des maliens. Un lapsus révélateur de l’ambiguïté avec laquelle il s’exprime fut:  » le mnla est un parti politique avec qui il faudra discuter ».   Ce fut la seul information réelle en provenance de Copé. Le lamentable spectacle donné par certains responsables associatifs sème le trouble dans le long processus qu’est la prise de parole des maliens dans les médias et la nécessité de d’expliquer à l’opinion française que le Mnla n’est pas le nord du Mali et que le nord du Mali n’est en rien représenté par le mnla. Sans « pains aux chocolats, Jean François Copé nous a reçu au siège de l’UMP mais rien n’a changé pour nous….

ELIJAH DE BLA
Mali One And One

13 janvier, 2013
actualité | Pas de réponses »

 

Mali One And One dans actualité 1158-mali-a3

Mali One And One, lorsqu’un REBEL PACIFIQUE en arrive à souhaiter la guerre, c’est pour imposer la paix. Une part du Mali n’est pas le Mali à part entière. Vivre sur un bout de Mali laisse un goût amère, une impression de s’être fait voler pour moi qui vie à six milles kilomètres, un viol pour mes sœurs qui ont vécu l’intrusion de l’envahisseur assassin. Mali One and One, à ceux qui dénoncent l’intervention de l’armée française au Mali, j’ai envie d’inviter ceux qui ont suivie, ceux qui ont constaté tout ce que mon peuple a subit de leur expliquer que le sage pense qu’on peut éteindre l’incendie avec l’eau sale. Certes les intérêts guident le monde mais être humain vaut mieux que les biens. Je veux œuvrer de sorte à ce que rien ne manque aux miens. Sur les terres du théâtre des histoires de la cohabitation des fils d’une même mère, les maliens aspirent à simplement vivre.

Mali One And One, afin qu’on ne forme qu’un corps muni d’une tête et des membres tel l’humain. J’avais espéré cueillir la paix par la paix mais l’ennemi m’a contraint à lui imposer la paix avec les moyens et les méthodes qui sont le sien. Impossible d’opérer une marche arrière, trop de sang de mes frères de sang coule sous le sable chaud du désert impitoyable. Le rouge du drapeau vert jaune rouge est plus rouge que vert et jaune de la rougeur du sang du soldat malien.

Mali One And One, aucune honte ni gêne ne m’habite quand je dois ma survie au maitre d’hier. M’affranchir était mon but au lendemain du 22 septembre quand Modibo nous a libérés. Être le gardien de la maison était mon rêve jusqu’à ce le frère traître vienne nous vendre pour trois franc six sous.

Mali One And One, depuis janvier 2012, je pleure mais personne ne m’entend, je veux sauter mais mes souliers sont trop lourds car ce sont ceux de grand père qui avait secouru la France à deux fois dans un passé lointain mais pas tant que ça. C’était à l’appel du général De Gaulle. Grand père avait fait de la libération de la France une question personnelle, d’ailleurs dans notre village on l’appelait le gaulois. La légende raconte que le frère d’arme de grand père un certain jean François n’avait pas honte que ce soit grand père qui libère la France.  Pourquoi devrais-je être honteux de l’aide apportée par la France au Mali ?

Mali One And One, pitié, aux noms des veuves des soldats qui ne rentreront jamais, montre que ton cœur en est un. Aux noms des enfants qui retrouveront leurs pères pour toujours dans un fauteuil roulant, chante une berceuse au lieu de ton orgueil. Pour tous ces maliens qui aspirent à retrouver ce qui représente leur identité nationale, ne leur montre pas une carte d’Afrique avec la mention EX MALI en lieu et place du Mali.

Mali One And One, si je te dis tout ça, c’est bien parce que le Rebelle pacifique que je suis refuse l’orgueil et la vanité gratuite. La vie ne vaut rien mais rien ne peut l’acheter…..

 

 

 

 ELIJAH DE BLA

1...45678

Amisderosemefalessi |
Logone |
Blogmilitantduchangementaufaso |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Retourvilliers
| Umpperigordvert
| Vivelafrancebleue