Elijah De BLa

les yeux du BLAKA

  • Accueil
  • > actualité
  • > Le seul gagnant des élections présidentielles au Gabon est la France
1
sept 2016
Le seul gagnant des élections présidentielles au Gabon est la France
Posté dans actualité, POLITIQUE par rebellespacifiques à 10:08 | Pas de réponses »

 

Le seul gagnant des élections présidentielles au Gabon est la France

Il y a des vérités qui peuvent blesser mais il y a des réalités vécues qui sont pires comparées à ces vérités.

C’est beau de voir les gabonais l’air réveillés dans les images qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux et dans médias français.  Mieux que de se réveiller en 2016, ils auraient dû rester éveillés depuis les derniers souffles du président Omar Bongo.

Ils ont laissé la succession monarchique s’opérer au Gabon puis s’étonnent de sa perpétuité. Tout le paradigme gabonais tient dans ce pan de l’histoire politique du Gabon.

Avoir le choix entre Ali Bongo et Jean Ping n’est pas un choix. Les gabonais crèveront la dalle quel que soit le vainqueur. La jeunesse gabonaise trouvera toujours la mort sur le chemin de l’Europe avec l’océan pour cimetière.

En 2009 la France a officiellement soutenue Ali Bongo pour la présidentielle du Gabon. Les intérêts de la France priment sur ceux du peuple gabonais aux yeux de la diplomatie française.

Gabon

Les ex présidents Sarkozy et Bongo grands défenseurs de la France Afrique au Gabon et en Afrique

Pour l’exécutif français, le pétrole du Gabon, son bois et tout le reste concourent au PIB français.

Jean Ping et Ali Bongo sont faits du même bois politique et soumis aux mêmes  lois de la gravité droite et gauche confondues de la dualité politique française.

La France n’a pas hésité à réclamer une alternance politique à Ali Bongo en pleine soirée électorale du Gabon.

Que peut bien avoir de si beau chez Jean Ping pour que la France lui trouve un destin présidentiel pour diriger le Gabon. Ou plutôt pourquoi la France voudrait  changer de défenseur des intérêts au Gabon. Jean Ping est autant héritier de Omar Bongo qu’Ali. Si Ali lui-même n’avait de dieu que la France, il faut craindre pour l’avenir du peuple gabonais qui naïvement espère changer d’ère. La France tient autant l’un et l’autre par les bourses (au propre comme au figuré), ils  sont les fruits de la France Afrique. Le CV de Jean Ping est tellement rempli de ligne attestant sa proximité avec Omar Bongo et donc avec la France. Chef de cabinet et tellement de fois ministre à des portefeuilles divers et variés qu’il faudra plus de temps que la durée du dépouillement pour les égrener.

Ex gendre du président Bongo, Jean Ping est lié à vie à l’école Bongo donc à celle de la gabegie des ressources du Gabon.

La base militaire française, El Gabon et tous les conseillers français de la présidence gabonaise font de ce pays la propriété de la France.

Si les gabonais étaient restés éveillés, ils auraient certainement réussi à promouvoir une personnalité qui ne sort pas du sérail Bongo. Tant qu’un disciple de la France Afrique serait à la tête du Gabon,   les ressources du Gabon  éclaireront l’avenue des champs Élysée et les fortunes volées du pays renfloueront les banques françaises. Sur le moment, les morts font plonger dans l’émotion mais ils seront aussitôt oubliés dès la première visite officielle du prochain président à Paris.

La souffrance des gabonais commencera vraiment   quand ils auront officiellement un président qu’il se nomme Ali ou Jean car la France y veille. il faudra certainement un autre réveil des gabonais avec des nouveaux gabonais. quand on a passé 60 ans à imiter le coq,  on peut difficilement changer brusquement pour rugir comme un lion. le cas du Gabon est une école pour nombreux états africains.

 

Elijah De BLA


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Amisderosemefalessi |
Logone |
Blogmilitantduchangementaufaso |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Retourvilliers
| Umpperigordvert
| Vivelafrancebleue