Elijah De BLa

les yeux du BLAKA

19
sept 2012
A PARIS LE MARASME MALIEN EXPLIQUE PAR MOUSSA MARA
Posté dans INTERVIEW par rebellespacifiques à 9:22 | Pas de réponses »

Image de prévisualisation YouTube

Mardi 11 septembre 2012, Mr Moussa Mara, président du parti YELEMA a reçu REBELLES PACIFIQUES et le journal  KOUNNAFONI à l’hôtel KIRIAD de Paris gare de l’EST pour un débat où tous les sujets concernant  le Mali ont été abordés dans la limite du possible. Sur un plan purement organisationnel, nous n’avons eu aucun mal à mettre en place ce débat grâce à la disponibilité de Mr Mara. L’impression d’ensemble après ce débat est que MM n’évite aucune question mais fait beaucoup de communication sans y répondre. Il ressort qu’il défend la politique gouvernementale de CMD et n’exclut pas la participation du CNRDRE aux affaires du pays. MM estime que le Mali est sur la bonne voie depuis la mise en place du GUN et que les trois pierres angulaires de l’exécutif que sont le Président de la transition, le premier ministre et les militaires sont en parfait accord entre eux. A la question de savoir s’il a accepté le coup d’état du 22 Mars 2012, il met en avant le fait que son parti YELEMA l’a condamné (après lecture de la déclaration du parti YELEMA qu’il nous a remis,  aucun passage ne rappelle une condamnation, il y’a plutôt une constatation). Il ne comprend pas la déception de ceux parmi les jeunes maliens qui voyaient en lui un modèle de réussite sociale et de politique. A son avis, ces jeunes comprendront  plus tard qu’il a eu raison de collaborer et avec les militaires et avec CMD.

Un certains de nombre de questions ont été posées par les débateurs  présents et par les internautes connectés à la page REBELLES PACIFIQUES sur les réseaux sociaux. En voici La teneur :

 

Quelles sont  les origines de la  situation actuelle du Mali?

L’infantilisation du malien depuis l’indépendance du pays a conduit à la situation que nous vivons aujourd’hui. Le malien a été le grand absent de l’histoire du mali. En effet,  l’élite gouverne la masse et les dirige vers une direction que les individus ne comprennent pas forcément. Pour le malien on doit laisser faire le leader, on l’accompagne, on ne le contredit pas. La dictature de Moussa Traoré en est un exemple. La démocratie a encore plus endormi le malien. Le processus démocratique était mercantile. Conséquence, une partie de la population a démissionnée et une n’a pas été considérée. Le socle qu’est l’individu a démissionné. Or, si le citoyen n’existe pas, l’état n’existe pas non plus.

 

Quelle est votre position face à la crise ?

La démocratie a besoin d’être alimentée. Si elle n’est pas alimentée par une société civile dynamique, des partis actifs, elle tourne sur elle-même. Aujourd’hui on ne peut pas pleurer sur le sort de la démocratie que nous avons eu que nous avons perdu. Nous sommes tombés à cause du citoyen, de la défaillance de l’état qui a conduit au coup d’état. Nous sommes tombés bas mais nous devons réfléchir à comment faire pour sortir de cette situation. Les fameuses vingt ans de démocratie ont contribuées à creuser le faussé entre les dirigeant et les administrés. Votre position depuis Mars 2012 signifie-t-elle que vous cautionnez le coup d’état ? Le coup d’état est un acte condamnable, qui ne doit pas être toléré. Le capitaine Sanogo qui est le responsable du coup d’état le condamne également. C’est dire si ce qui est arrivé est condamnable mais ce n’est pas là la question. Comprenez-vous les parties qui demandent le retour aux casernes des militaires ?  Les militaires ne pourront pas retourner dans les casernes maintenant car ils veulent avoir des avantages. « Le mali depuis 20 ans ressemble à un gâteau que tout le monde veut se partager »

Devant notre étonnement, nous lui faisons remarquer que le Capitaine Sanogo aurait en effet pris un ascenseur social puisqu’il jouit aujourd’hui d’un patrimoine assez conséquent. Pire encore sa garde rapprochée inspire l’épopée de Mobutu ou Bokassa. MM n’est nullement choqué par la folie de grandeur de Sanogo qui se déplace dans un cortège dont les frais de fonctionnement suffiraient à nourrir un village pendant un bon bout de temps.

Etiez-vous au courant pour les tortures pratiquées à Kati?

Nous n’étions pas dans les camps militaires et nous attendons les conclusions en la matière. Nous ne pouvons pas accepter la torture et les exécutions. Ya-t-il une possibilité de poursuites par la CPI à l’encontre de la junte ou certains de ses membres ?Nous devons d’abord avérer la responsabilité de Sanogo. Si toutefois les accusations sont avérées, il sera normal qu’il soit jugé. La CPI décidera de ce qui est prioritaire. Faisons confiance en notre justice.

Quelles solutions préconisez-vous pour sortir de la crise?

A cette question, MM ne nous a pas apporté de réponses claires.

Si la transition dépasse les 1 ans prévus par la CEDEAO envisagez-vous des élections sans le nord? Ou simplement la prolongation
du mandat des autorités de transition?

La transition va surement dépasser un an aux vues de la situation et les autorités vont continuer à exercer. En effet, tant que l’on n’a pas de président élu démocratiquement, la transition continuera et Dioncounda demeurera notre président. Tout le Mali a accepté la présidence de Dioncounda Traoré. Néanmoins,  CMD serait plus populaire que Dioncounda compte tenu du travail accompli.

 

Le ministère du culte est-elle la seule réponse  face à l’intégrisme croissant du Nord et au sud ?

Un ministère du culte est une réponse adaptée aux islamistes du Nord. Dieu n’a pas abandonné les maliens car les pluviométries enregistrées placent cette saison parmi les meilleurs. J’ai foi au Mali, je trouve que l’opinion des gens vivant hors du Mali est biaisée par la presse. L’ORTM fait de son mieux et son directeur sera conservé. Les religions sont un moyen d’obtenir une société forte et humaine, le ministère des cultes a été créé pour montrer une image positive des religions.

 Le Mali est-il selon vous un pays sans religion ou un état musulman comme le pense HCI?

Le mali doit rester laïc même si certains religieux souhaiteraient le contraire. C’est à l’état de cadrer tout cela. La question que l’on se doit se poser c’est comment créer un état laïc tout en conservant nos valeurs maliennes.

Quel est l’état de notre armée ?

L’armée malienne aura besoin et d’hommes et de logistique provenant des aides de la communauté internationale. L’armée malienne est remplie d’hommes ratés et sans éducation sur un plan comportemental et l’armée ne pouvait pas les redresser donc les dérives constatées çà et là ne sont pas une surprise. Ceux du front ayant constatés que ceux de Bamako s’enrichissaient à base de pillages ont opéré un repli tactique pour participer à l’œuvre de sape. L’une des raisons du démantèlement de notre armée proviendrait de ce comportement de nos militaires. Tous les officiers de l’armée malienne ont été ligotés et immobilisés par les sous-officiers pour les besoins du coup d’état. Aucune armée ne saurait fonctionner sans ses officiers. En sommes l’armée malienne n’est qu’un conglomérat social qui assure un revenu
mensuel permettant de garder un semblant de calme. Il existerait un nombre non négligeable de militaires maliens qui n’ont jamais tiré un fusil à fortiori une kalachnikov. Nombreux sont les parents de soldats qui ont recourus à mes services pour tenter de faire un lobbying empêchant leurs fils d’être dans les contingents allant au front. Il y’a un déficit de militaires de conviction.

Vu les tergiversions de la CEDEAO a-t-elle vraiment un contingent bien préparé ?

Non. Aujourd’hui il y a 16 pays dans la CDEAO et tous ne sont pas capables de fournir des hommes. Certains pays tels que le Sénégal ont déclaré ne pas être à mesure d’envoyer des hommes. La guinée a proposé une centaines d’hommes et le Nigeria a des problèmes internes et ne sera pas en mesure d’envoyer des hommes. Nous sommes assez loin du compte si nous considérons le chiffre de 3000 hommes prévus par l’état-major de la CEDEAO.

Si vous n’êtes pas candidat aux prochaines présidentielles, qui soutiendrai vous entre Dioncounda et CMD ?

(Rire)…votre question est mal posée car ni l’un ni l’autre ne sera candidat aux prochaines présidentielles. C’est dans l’accord cadre. Par contre je serai candidat donc la question ne se pose même pas. Par ailleurs je n’opère pas de choix entre les deux. 14. N’est-ce
pas une erreur de la part du premier ministre de se dire fier de pouvoir payer les salaires des fonctionnaires? Le nombre de
fonctionnaires maliens serait de 100 000 personnes les militaires et paramilitaires y compris. Le fait que les salaires soient assuré dans un
conteste d’autarcie est un gage de bon fonctionnement de l’appareil de l’état. C’est la preuve que sur le plan intérieur, le Mali s’auto-suffit mais pour les investissements, on aura besoin de l’extérieur.

Quels sont les 3 grands chantiers auxquels vous vous attèleriez si vous étiez élu président ?

Unité nationale, sécurité et jeunesse sont les 3 grands chantiers auxquels je m’attèlerais si j’étais élu président du Mali.

Durant le débat MM. a évité d’évoquer le CNRDRE et lorsque l’une de nos questions touchait le sujet, il n’avait d’autre choix que de vanter le rôle futur du clan militaire dans la gestion du Mali. Sur l’aspect religieux de l’actualité malienne, il n’a pas dénoncé l’attitude du GUN concernant la création d’un ministère du culte sous l’influence croissante de l’imam Dicko président du HCI. Il réfute la réalité selon laquelle le privé n’existe plus et l’absence de coopération en forme d’aide économique entre le Mali et le reste du monde.  Malgré tous ces problèmes soulevés par MM lui-même, il prétend que les choses sont moins graves que présentées et que Sanogo est le seul putschiste au monde qui ne gouverne pas, donc on devrait s’en satisfaire. Sur un plan purement géopolitique, le Mali ne se soumettra pas aux demandes des USA qui  conditionnent leur assistance au retrait pur  et simple du CNRDRE de la vie politique malienne. Lui-même MM aurait signifié au sous-secrétaire d’état américain William Fitzgerald que le Mali ne s’exécutera pas quoiqu’il advienne. Il est négociation-compatible  avec tous les occupants illégaux de notre territoire nord. Selon lui le Mali n’est pas dans le chaos mais plutôt sur le chemin de la rédemption grâce au bon travail de l’équipe de CMD.

Les contraintes techniques et de temps ne nous ont pas permis de poser toutes nos questions ni d’aller plus loin dans les rebonds sur les réponses apportées par MM. Aussi toutes les questions et réponses ne seront pas visibles sur le reportage mais nous efforcerons à rendre exactement les faits dans nos prochains débats. Toute l’équipe qui a permis la réalisation de ce débat est très heureuse de l’avoir fait et remercie les internautes qui ont participé en direct de par leurs questions.

 

Merci à Fatoumata SOUKOUNA, Toony DELUMEAU alias Djibril DRAME et Beidy DRAME pour leur implication totale dans l’organisation de ce premier débat.

 

 

 

ELIJAH DE BLA et FATOUMATA SOUKOUNA

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Amisderosemefalessi |
Logone |
Blogmilitantduchangementaufaso |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Retourvilliers
| Umpperigordvert
| Vivelafrancebleue